Emma, son témoignage touchant.

J’ai eu le grand plaisir de rencontrer Emma, avec qui on a de suite accroché, ce qui nous a permis une magnifique séance photos type boudoir ; je vous laisse lire son histoire qu’elle a bien voulu partager avec vous.

Peux-tu te présenter ? âge, sexe, situation familiale, profession, ville ?

Je m’appelle Emma, j’ai 41 ans, je travaille dans une entreprise de presse et d’événementiel en région parisienne. je suis marié et j’ai deux (superbes) enfants.

Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

J’avais 13 ans quand l’envie de devenir femme m’est apparue comme une évidence. Je vivais dans un univers presque exclusivement féminin où les hommes étaient moqués, critiqués, rabaissés. Et dans lequel mon père, qui travaillait sans cesse, était absent. Cette envie est née presque « naturellement » en somme. 

Est-ce une envie ponctuelle, permanente ?

Ma vie est intense et rythmée et je n’ai pas souvent le temps de me poser. Mais quand je dispose d’un instant pour moi, cette envie de vivre en femme me saisit presque automatiquement. 

Pourquoi cette envie, qu’est ce que cela te procure ?

Cela m’apaise, me structure. J’ai aussi le sentiment qu’on s’occupe davantage des besoins, des envies et des désirs d’une femme. J’aime aussi séduire, sentir le désir que je peux susciter chez les autres. Leur procurer une certaine extase. Leur plaisir est souvent le mien. 

Quand as-tu décidé de passer à l’acte, soit de te travestir pour la première fois ? Pour quelle occasion ? Qu’as-tu ressenti ?

Dès mes 13 ans. J’empruntais bien sûr les sous-vêtements de ma mère. mais elle s’en est bien vite aperçue, ce qui l’a mis en colère, alors je me suis très tôt constituée ma propre collection de sous-vêtements. Je me souviens d’un petit magasin de lingerie fine, tenue par une femme asiatique d’âge mûr qui avait très tôt compris mes goûts et mes besoins et qui s’est montrée aussi gentille que tolérante avec l’adolescent(e) que j’étais. Je lui en sais encore gré aujourd’hui. Et puis quels émois, quels troubles d’enfiler dans cette cabine d’essayage mes premières guêpières Aubade, mes premiers porte-jarretelles Simone Perele, mes premiers tanga Chantal Thomas… Il m’a fallu des années pour me maquiller et m’habiller complètement, être capable de sortir dans la rue. Je regrette de ne pas été courageuse plus tôt.

As-tu des craintes vis-à-vis de la société, ta famille etc… des appréhensions, une gêne quelconque ?


Oui, beaucoup. Si je ne craignais pas le regard de mes proches, en particulier de ma femme et de mes enfants, je pense que je transitionnerai sans hésiter. Mais nous avons trouvé une forme d’équilibre profond aujourd’hui et je ne ferai rien qui puisse mettre en danger ce bonheur familial. Je ne souhaite pas verser dans une espèce de « bovarysme » égoïste (oui, c’est pléonastique, je le sais bien ;)Le regard de la société a énormément évolué sur les personnes trans. En bien. Si j’avais 13 ans aujourd’hui, il est certain que j’entamerai un processus définitif de féminisation. 

Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation (s’il y en a à venir), ou des envies que tu n’as pas encore testé mais qui te plairaient ?

J’aimerai davantage laisser vive Emma au grand jour, sans gêne, sans honte. Et sous le regard approbateur de mes proches. Mais je sais que cela est impossible. Alors je me contente de moments volés. ce n’est pas idéal mais cela me convient pour le moment. Que sera sera… 

Pourquoi avoir fait appel à moi, et qu’est-ce que je t’ai apporté dans cette étape de ta vie, si je t’ai apporté quelque chose ?

Je t’ai appelé car tes talents de maquilleuse ne font pas débat. et j’avais envie de voir ce que cela donnait si j’étais maquillée et féminisée par une vraie pro. Tu m’as apaisée, encouragée, donnée confiance et j’ai le sentiment que le courant est vraiment passé entre nous au-delà de la relation cliente-prestataire. On se reverra, c’est certain. 

2 commentaires sur « Emma, son témoignage touchant. »

  • Merci Emma pour ce témoignage simple mais très sensible.
    Je te souhaite de t’épanouir dans ta vie toute entière.
    Je serais très heureuse de bavarder avec toi à l’occasion.
    Barbara FRENCH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *