Le témoignage de la sublime Eva.

Quand Eva est arrivée elle m’a éblouie de par son sourire, il était si communicatif, elle était à l’aise, zen, tout ce qu’il faut pour obtenir une superbe séance, inoubliable. Je suis toujours aussi heureuse de vous recevoir de vous apporter mon aide, sachez que le sourire est un élément indispensable a la réussite de nos photos, alors souriez les filles , n’hésitez pas :). Je vous laisse découvrir son témoignage .

Peux-tu te présenter ? âge, sexe, situation familiale, profession, ville.

Je m’appelle Eva, je suis une femme transgenre de 38 ans, en cours de divorce après une relation de presque 12 ans. J’occupe un poste d’ingénieure dans les télécommunications spatiales et je réside au Plessis Robinson.

– Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

Je me suis sentie différente depuis toute petite, à ne pas trouver ma place dans un groupe de garçons mais sans pour autant chercher à m’intégrer dans un groupe de filles. Je n’étais ni attiré par les choses masculines que féminines (activités, sports, vêtements). Avec le recul, je sais que je me serai épanouie à vivre une enfance/adolescence féminine mais la morale et le sens de l’interdit m’ont complètement empêchée de même envisager à la faire…

Il y a une vidéo de famille où ma jeune sœur et moi jouions et dans laquelle je porte une jupe. Je me rappelle encore cette sensation de bien-être intérieur que j’ai ressenti pendant ce moment. Et le sourire que j’arbore dans cette vidéo en dit long également. Au fil du temps, cette vidéo était devenue un sujet de franche rigolade lors d’événements familiaux mais je savais qu’elle avait une signification toute autre pour moi…

Très souvent, au moment de m’endormir au chaud dans mon lit, ma dernière pensée était un souhait, celui de me réveiller le lendemain en petite fille. Il arrivait même souvent que cette pensée me suive dans mes rêves. Il y en avait notamment un assez récurent : je me revois descendre les escaliers de mon école primaire, et une des maîtresses me double, se retourne brièvement et me glisse un « bonjour mademoiselle ». Je l’ai tellement rêvé qu’au final je ne sais même plus si c’est réellement arrivé ou non. Tout ce que je sais c’est que ça me procurait un plaisir fou. 

Je me suis toujours interdit de me travestir dans l’intimité alors je profitais d’évènements où personne ne se poserait des questions sur mes motivations de le faire, comme le carnaval du lycée, halloween etc. Je suis même passé par une période gothique qui m’a permis de me faire pousser les cheveux, m’acheter des vêtements féminins ou encore me maquiller, toujours sans éveiller les soupçons sur ma dysphorie de genre.

– Quand as-tu décidé de passer à l’acte, de faire ta transition ? Pour quelle occasion ? Qu’as-tu ressenti ?

La séparation avec ma femme début janvier ainsi que la mort soudaine d’un collègue dont j’étais proche ont déclenché en moi une réelle introspection et quête de vérité sur ce qui me rendra heureuse dans l’avenir. J’ai en parallèle commencé à rencontrer d’autres femmes, comme une tentative désespérée de l’homme à se raccrocher à son passé. Un passé qui rassure en quelque sorte, un passé en conformité avec les attentes de la société, plus facile à assumer. Mais le travail sur moi-même a porté ses fruits et j’ai heureusement eu la lucidité de voir que tout cela n’allait pas me mener vers le bonheur. Ce bonheur ne pouvait provenir que par l’acceptation de qui je suis, qui je me suis interdit d’être depuis mon enfance. Au mois de mai 2021, Eva est apparue aux yeux de sa famille, ses amis, ses collègues. J’ai commencé le traitement hormonal début juin, commencé les séances d’épilation définitive, l’orthophonie etc. Bref le processus est en marche et je revis !

– As-tu des craintes vis-à-vis de la société, ta famille etc… des appréhensions, une gêne quelconque ?

J’en avais quelques-unes mais elles ont vite été balayées par tout le soutien et les ondes positives de la part de tout mon entourage, que ce soit famille, amis ou collègues. Je ne pouvais pas espérer meilleur accueil, vraiment !

– Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation (s’il y en a à venir), ou des envies que tu n’as pas encore testées mais qui te plairaient ?

Je vais laisser le traitement hormonal suivre son cours, être assidue dans mes exercices de féminisation de la voix et prendre du plaisir à m’occuper de cette enveloppe charnelle, qui jusqu’à présent ne me plaisait pas.

– Pourquoi avoir fait appel à moi, et qu’est-ce que je t’ai apporté dans cette étape de ta vie, si je t’ai apporté quelquechose ?

Je ne me suis jamais autorisée à réellement m’intéresser aux activités dites féminines comme le maquillage, et j’ai ce besoin virulent d’exprimer cette féminité à travers mon apparence et cela passe par la mise en beauté à travers le maquillage. J’ai donc tout naturellement cherché sur internet une maquilleuse à domicile bien notée car je ne me voyais pas prendre un cours de maquillage en plein milieu du Sephora d’un centre commercial à la vue de tous… Jennifer fait partie des premières maquilleuses référencées et en me baladant sur son site internet, je suis tombée sur son article la mise en beauté de personnes transgenres et je me suis dit BINGO ! Et depuis j’ai eu l’occasion de parler à d’autre filles qui ne tarissent pas d’éloges sur Jennifer. Et clairement je ne regrette pas cette séance avec elle. J’ai passé un après-midi topissime dont je me rappellerai toute ma vie.

1 commentaire sur « Le témoignage de la sublime Eva. »

  • Bonjour Eva,
    Alors là je suis bluffée, tu racontes en gros mon histoire!
    Sauf que j’ai quarante ans de plus que toi. Les circonstances de ma vie m’ont malheureusement empêche d’entamer ma transition plus tôt, mais c’est en route depuis mai 2021.
    Comme quoi le fait d’enfin se trouver incite à l optimisme.

    Je serais ouverte à tous renseignements, étant isolee, n hesite pas si tu le desires à me contacter.
    Bravo et bises à toi

    Andrée

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *