Aphrodita, sa première apparition en femme

Et voici le portrait d’Aphrodita que j’ai eu l’honneur de féminiser pour sa toute première fois. Elle nous fait part de son expérience et de sa vision des choses.

Aphrodita, peux-tu te présenter ?

Je suis Aphrodita mais mon prénom officiel est Pascal, j’ai 37 ans et je suis célibataire. Sur un plan professionnel, je suis principalement traductrice freelance, même si je suis climatologue de formation. J’habite à Tournon-sur-Rhône, en moyenne vallée du Rhône.

Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

Ma prise de conscience a été lente (notamment à cause de la croyance « ce que l’on est détermine qui l’on aime »), mais elle s’est accélérée récemment. Auparavant j’admirais et j’imitais les femmes à ma manière, j’avais envie d’être elles mais je vivais heureuse avec ce que je faisais dans ce cadre. C’est principalement depuis octobre 2019 que j’ai envie de me sentir plus femme.
J’ai du mal à dire si cette envie est ponctuelle ou une envie de fond. L’avenir le dira… Je serais très triste de revenir en arrière.

Pourquoi cette envie, qu’est ce que cela te procure ?

Je considère maintenant que me présenter en tant que femme correspond plus à ce que je suis. Par ailleurs, j’ai un long historique d’imitation des femmes et d’insatisfaction vis-à-vis de l’interdiction sociale de faire certaines choses qu’elles font.
J’ai décidé de me féminiser pour la première fois suite au cours de maquillage avec Jennifer. Je suis rentrée à l’hôtel et j’y ai passé la soirée en femme. J’ai passé toute la journée suivante (notamment le trajet en train pour le retour) en femme. L’expérience a été très positive, mais pas sans difficultés. Ma voix est très grave et trahit mon genre biologique dès que je dis un mot. J’ai remarqué que les hommes me regardaient beaucoup. Ce avec quoi je n’ai aucun problème bien que j’aime les femmes, car j’aime plaire de manière générale, et j’étais déjà habituée à être souvent draguée par des hommes (homosexuels en l’occurrence). J’étais cependant très gênée par le fait d’être amenée à parler, les hommes qui m’admiraient allaient juste être choqués. Devant une gare, j’ai refusé une cigarette à une personne peu recommandable, qui après avoir entendu ma voix, a tourné autour de moi en me regardant bizarrement. Il ne s’est heureusement rien passé, mais peut-être qu’avec certaines personnes il vaut mieux faire comme si l’on était muette… J’aimais que l’on me dise « madame », mais cela se produisait malheureusement souvent dans un contexte où j’allais devoir parler et où la personne qui m’avait appelée ainsi allait penser : « Ah, en fait, c’est un homme. » Par contre à un moment, j’ai été conseillée par une personne visiblement LGBT, qui après avoir entendu ma voix m’a fait un grand sourire.

As-tu des craintes vis-à-vis de la société ?

Je suis une autiste Asperger, qui historiquement a du mal à comprendre les règles et les codes de la société, et je suis habituée à beaucoup choquer. Dans ce que j’appelle la « moyenne élite » de la ville où j’habite, je n’ai aucune raison d’avoir d’appréhension, les coming out sont très agréables, les réactions des gens sont généralement positives. Pour ma part, j’ai reçu beaucoup de compliments, de conseils et d’aide. Il arrive même parfois que cela se produise avec des personnes qui à priori ne savaient rien de moi. Un coming out à priori difficile (mais obligatoire) qui s’est beaucoup mieux passé que prévu. J’ai même eu de belles surprises. Mes parents ne sont pas encore au courant, et là mes appréhensions sont immenses. Je pensais déjà être obligée de le leur en parler pendant la période de Noël, et juste avant j’ai passé une nuit blanche à beaucoup pleurer. Finalement cela ne s’est pas produit, mais le problème n’est que reporté… Il y a des choses que je peux de moins en moins cacher. Mais difficile de savoir. Quand je vois la manière étonnement positive de mon coming out auprès de mon entourage et voisinage, je me dis qu’on ne peut jamais anticiper la réaction des gens.

Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation ?

Je compte tout d’abord augmenter progressivement la fréquence à laquelle j’apparaitrai en femme, et ensuite je verrai.

Pourquoi avoir fait appel à moi ?

Il y avait quelques possibilités alternatives (une vers Montpellier si je me souviens bien, et à une époque une à Aix-Les-Bains mais la personne en question avait arrêté), mais je t’ai finalement choisie car certains points de vue sur ton site m’ont plu. En maquillage/relooking, je partais de zéro, et j’avais du mal à comprendre les vidéos sur le sujet. Maintenant, grâce à toi, je peux me présenter en tant que femme quand je le souhaite. J’ai aussi beaucoup apprécié ton approche, ta pédagogie et je me suis sentie valorisée.

1 commentaire sur « Aphrodita, sa première apparition en femme »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *