Coralia, adepte du crossdressing : être ou ne pas être…? En plein jour ou en secret…?

Je m’appelle Coralia. Rien ne me destinait à devenir Coralia, mais le hasard des réseaux sociaux en a voulu autrement… Voici mon histoire.

Crossdressing, la révélation

Il y a environ 10 ans, je tombais fortuitement sur une personne qui cherchait à traduire ses histoires de « Crossdressing » d’espagnol en français. Intriguée, je lu l’un de ses courts essais pour savoir ce que cachait ce mot inconnu de moi… Après une lecture attentive, je suis tombée sous le charme de Jenny-Gigi, journaliste d’investigation du Costa Rica qui se travestissait et qui visiblement vivait cette situation de façon simple.

Le dialogue s’est alors instauré entre nous. Des communications régulières démarrent, échanges de courriers puis des visio-conférences. Quelle stupéfaction ! J’avais devant mes yeux une femme charmante, sensuelle, cultivée et très enjouée. Nos échanges sont cordiaux et la voir aussi belle m’émeut. La traduction de son premier essai me conforte dans cette attirance et la découverte du monde du Crossdressing m’inspire. Une amitié sincère se créée, elle m’ouvre sa liste d’amies et je découvre un monde international. Ce n’est donc pas une maladie ! du fétichisme ! Non… En Inde, en Indonésie, au Japon, en Espagne, en Grande-Bretagne, Amérique du Nord et du Sud et même en France, oui des hommes aiment se travestir. Certains le font au grand jour, d’autres se cachent… Je suis intriguée et curieuse d’en savoir plus. Un jour, alors que je dialoguais avec Jenny au sujet d’une traduction, celle-ci me demande si je ne voulais pas essayer avec elle, devant la caméra afin de sentir l’effet produit.

Ma première féminisation

Discrètement je cherche dans l’armoire familiale une robe qui pourrait me convenir. J’opte pour un modèle de couleur orange, fendu sur les cotés avec une large ouverture dans le dos. Lors du rendez-vous pris avec Jenny, j’enfile devant elle cette robe stretch. La sensation est particulière et très agréable. Ma peau aime ce contact direct, les formes apparaissent moulées dans le tissus, mon amie à l’autre bout du monde et par caméra interposée applaudie cette première étape…. Merci Jenny ! Depuis, je ne peux plus me passer de cette sensation de bien être que d’être habillée avec une tenue féminine. Petit à petit, je vais devenir accro à ces rendez-vous d’échanges. Jenny m’encourage à acheter des vêtements, pas facile à faire quand vous êtes marié et père de famille.

Un coup de pouce va venir d’une voisine qui cherche à se débarrasser d’anciens vêtements. Je récupère ce lot et avant de le donner à une association, je regarde et essaye quelques affaires propres et en très bon état. Sous-vêtements divers : soutiens-gorges, strings etc…, jupes, pantalons, chaussures et dans le fond du sac …une perruque. Tout ne me convient pas, je fais un tri et garde précieusement quelques effets. Fort de mon butin, je contacte Jenny qui très sympathiquement va m’aider à choisir mes premiers attributs féminins.

L’élargissement de mon réseau transgenre et travesti

Entre temps j’ai fais la connaissance sur le web d’autres personnes en Indonésie, en Inde, aux Philippines. Là, je découvre aussi un monde cruel des ladyboys et de la transformation sexuelle. Toutes ces personnes sont merveilleuses pleines de beauté et de gentillesse, toutes me confortent dans le choix de continuer mon travestissement. Elles m’aident même à trouver mon prénom : CORALIA, prononçable dans toutes les langues.

Le virus est pris, Coralia fait partie de moi, je suis maintenant avec deux entités une masculine et une féminine.

Se livrer aux autres n’est pas chose facile aussi pour ne pas vous déranger plus, je vais arrêter là mon récit, suivant vos réactions je vous livrerais la suite, merci de votre lecture …. A bientôt

8 commentaires sur « Coralia, adepte du crossdressing : être ou ne pas être…? En plein jour ou en secret…? »

  • Vivre ces deux vies, c’est tellement difficile… j’aimerai bcp échanger avec toi. Je pense que nos parcours se ressemblent beaucoup. Bises
    Emma

  • Bonjour ,
    J aime votre histoire ; J aime aussi me travestir, me maquiller ,porter une perruque ;j ose parfois sortir au grand jour mais craint des reactions qui pourraient etre violentes , dues, souvent a des incomprehensions , a l intolerance ; …je me prefere en femme ,et , ai beaucoup de mal a comprendre tout cela.j aimerai rencontrer des gens ouverts ,femmes , hommes , » autres … » pour echanger , sympathiser ,connaitre davantage sur ce sujets mais egalement sur tout autre chose car la vie , la culture, la musique ect …m interresse .
    Merci , a bientot ;
    NADIA .

  • je suis moi meme adepte du crossdressing. C’est un peu difficile car je suis mariée et mon épouse ne le sait pas.J’adore les tenues BCBG et aime me promener en ville meme si je ne suis pas toujours au top sur le maquillage.Il m’arriver d’emprunter des vetements à ma femme surtout des pulls.Très heureux de pouvoir partager avec vous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *