Fanny: entre travestissement et transidentité

La pratique du maquillage pour rendre son passing fluide.

Fanny m’a contacté pour l’accompagner dans sa pratique du maquillage afin de rendre son « passing » fluide, ou, comment se fondre dans la masse !

Lors de notre rendez-vous, elle me fait part de son histoire. Du moment où elle a commencé à se travestir et à vouloir exploiter toute cette féminité qui sommeillait en elle, jusqu’à son chemin entre travestissement et transidentité.

Je lui ai demandé de revenir dessus plus en détail pour aider celles et ceux dans ce même cas de figure. C’est une belle personne et je suis ravie de l’avoir rencontrée. Son récit est aussi touchant qu’inspirant.

« Mon moi masculin me plaisait de moins en moins »

« Bonjour Fanny, peux-tu te présenter ? » 

« Bonjour ! J’ai la trentaine et je vis dans une grande ville de Bourgogne. J’adore pratiquer des activités sportives en pleine nature .

Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir femme ?

A 15 ans, j’ai tout d’un coup eu une envie d’essayer les sous vêtements de ma mère et enfiler ses talons. J’ai tout de suite compris que ça me plaisait et que cela avait déclenché quelque chose de fort chez moi.

Est-ce une envie ponctuelle, permanente ?

C’est progressivement devenu une envie quasi permanente. Au fur et à mesure que je m’identifiais aux femmes, mon moi masculin me plaisait de moins en moins.

« …c’est désormais bien plus que du travestissement »

Pourquoi cette envie, qu’est ce que cela te procure ?

Pour ma part, c’est plus que du travestissement. Des premiers moments euphorisant de mes débuts à me plaire devant le miroir, avec un sourire qui en dit long, c’est devenu un apaisement.

C’est un sentiment de satisfaction, celui d’être raccord, de ne plus être en conflit, une validation.

J’envie les femmes, leurs vêtements, la mode, les couleurs, les coiffures et je m’imagine constamment être à leur place. 

Quand as-tu décidé de te travestir pour la première fois ? Pour quelle occasion ? Qu’as-tu ressenti ?

J’ai commencé mon premier vrai travestissement complet à 25 ans, en privé à mon domicile. Cela a été une confirmation de ce que je ressentais même si à l’époque je ne l’assumais pas comme aujourd’hui.

As-tu des craintes vis-à-vis de la société, ta famille, des appréhensions, une gêne quelconque ?

Oui, c’est le principal frein pour aller plus loin et me lâcher complètement, de vivre pour soi. Ne plus s’occuper de ce que les gens vont en penser, les mauvais regards ou pire les mauvaises rencontres. 

Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation ?

Je vis à présent la moitié du temps en femme à domicile, j’ai vécu une année 2020 très difficile et me sentir bien en fille m’a beaucoup aidé à remonter la pente.

J’ai acquis la conviction profonde que c’est désormais bien plus que du travestissement. A la ville, j’ai commencé à adopter un look vestimentaire plus féminin, je songe à me laisser pousser les cheveux, m’épiler mes sourcils. 

… »Jennifer, une personne de confiance qui a l’habitude de rencontrer des travestis et transgenres »

Pourquoi avoir fait appel à Jennifer, et que t’a-t-elle apporté dans cette étape de ta vie ?

Améliorer mon apparence afin de passer le plus possible comme une femme dans la rues, dans les magasins, dans la vie.

Dans mon cheminement, ma découverte de soi, j’ai besoin de socialiser dans le genre féminin. Être au point en maquillage est un avantage indéniable pour me sentir prête à vivre au féminin à temps complet.

J’ai besoin d’expérience de vie au féminin avant de me lancer et d’entreprendre une démarche de transition. Une transition, à mes yeux, qui est la décision d’une vie.

C’est aussi l’assurance de ne jamais être jugée et se sentir entourée par une personne de confiance qui a l’habitude de rencontrer des travestis et transgenres, à qui l’on peut tout dire.

C’est avec grand plaisir que j’ai fait connaissance de Jennifer, et même si j’habite à plusieurs centaines de kilomètres, je serai ravie de faire appel à Jennifer pour être accompagnée pour éviter les erreurs de goûts avec des robes, jupes, pantalons etc..

Le mot de la fin

par Jennifer

« Merci Fanny ! ». A chaque séance, c’est une rencontre avec la diversité. Il y a celles qui me sollicitent pour se rassurer, celles qui veulent simplement voir « ce que ça peut donner », d’autres qui se questionnent sur l’arrêt ou la poursuite de leur féminisation en fonction du résultat de notre séance. Enfin il y a celles qui souhaitent simplement vivre un fantasme…

Quelque soit la raison pour laquelle vous me contactez, mon but reste toujours le même pour chacune d’entre vous : révéler par le maquillage celle qui sommeille en vous.


En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

1 thought on “Fanny: entre travestissement et transidentité

Un avis ? Une réaction ? Laissez votre commentaire :

En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading