Julie se livre tout en émotion sur sa féminisation

Femme transgenre en robe rouge
Julie est aux anges après sa féminisation

Aujourd’hui c’est Julie qui m’a contacté pour se faire maquiller. Comme c’est la toute première fois, je lui recommande d’opter pour une séance maquillage et photo. L’expérience me prouve que c’est vraiment la meilleure façon de pouvoir se projeter.

Au menu: vous êtes maquillées par une professionnelle, vous vous laissez faire, et ensuite, séance photo en fille ! Le résultat est quasi instantané.

Julie m’a envoyé très rapidement son témoignage, vous avez l’occasion de lire à chaud ses émotions. Bonne lecture !

-Bonjour Julie, peux-tu te présenter ? âge, sexe, situation familiale, profession, ville.

« Bonjour !. Je m’appelle Julie (ou Jacques selon les jours). J’ai 53 ans et je travaille sur Paris en informatique mais je vis en province. J’ai 2 enfants qui mènent leurs vies de jeunes adultes et je suis divorcé depuis plus de 12 ans. Pas de petite amie ( juste 3 relations qui n’ont pas durées ).

Personne, dans mon entourage, n’est au courant pour ma féminisation mais j’ai une envie folle de me laisser aller à mes fantasmes, mes désirs inavoués… Sans doute parce que je suis aujourd’hui dans une situation saine et sereine, tant sur le plan professionnel que familial.

Mais une question subsiste… Qui Que suis-je ?

Un homme, bien sûr, de par ma naissance. Mais lorsque je transforme mon apparence extérieure pour en faire une femme, suis-je transgenre, travesti ou… ?

Je ne suis qu’au tout début de ma féminisation, mais je sais déjà que je ne suis attiré(e) que par des personnes à l’apparence féminine. Le chemin est encore long. Mais en ce jour du 04 octobre 2022, depuis ma rencontre avec Jennifer, je suis la femme la plus heureuse qui soit 😋.

– Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

Adolescent, j’ai toujours été attiré par les sous-vêtements féminins. Mais sans jamais aller plus loin qu’un essai en cachette, et seulement si la situation me le permettait.

Dans ma famille, les réflexions d’adultes étaient régulièrement orientées par les préjugés d’une autre époque : « T’es un homme ou une tafiole ? » (Je ne cite que celle ci pour l’exemple. Je pense que nombreux sont ceux et celles qui comprennent de quoi je parle). Dans ces conditions, il valait mieux se faire discret sur ce sujet.

Et puisque je ne suis attiré(e) que par la gente féminine, les questions sur ma féminité ne se posaient plus.

Mais tout au long de ma vie de mari et de père, j’ai toujours senti que cette envie était présente en moi, enfouie quelque part. J’ai « juste » profité de soirées costumées pour me déguiser systématiquement en femme.

– Est-ce une envie ponctuelle, permanente ?

L’envie est permanente et mon plus grand désir est d’être capable de devenir femme dans ma vie de tous les jours.

Mais pour l’instant, ce ne sera que, de temps en temps, quand je serai à Paris. Impossible pour moi d’être une femme sur le plan professionnel. Et je ne suis pas prêt(e) à annoncer ma féminisation à ma famille et mes amis. Cependant, j’ai franchi un cap important aujourd’hui: j’ai envoyé une photo à ma meilleure amie, ma confidente. Elle a tout d’abord cru que je lui présentais ma nouvelle petite amie… puis à bien regarder la photo, elle a compris.

Elle n’a pas été surprise, et surtout elle m’acceptera comme je serai.

– Pourquoi cette envie, qu’est-ce que cela te procure ?

C’est très difficile de répondre à cette question. Pourquoi ? Je ne sais pas. Je ne contrôle pas ce ressenti. C’est comme l’amour. On ne sait pas pourquoi on est amoureux d’une personne. C’est notre cœur qui nous commande. Là, c’est pareil, dès que je suis habillé(e) en femme, ne serait-ce qu’un instant, je me sens bien, sans pouvoir l’expliquer.

J’ai l’impression que les vêtements pour femme sont plus doux et plus agréables à porter que ceux des hommes. A l’exception des bottines à talons (LOL). 

Mais puisqu’en tant qu’homme j’ai su dire qu’il fallait savoir souffrir pour être belle, je n’ai plus qu’à me l’appliquer à moi-même.

– Quand as-tu décidé de passer à l’acte, soit de te travestir pour la première fois ? Pour quelle occasion ? Qu’as-tu ressenti ?

En dehors des quelques soirées déguisées auxquelles j’ai participé, c’est très récemment que je décide de franchir ce cap.

Au départ, je cherche sur le net des personnes qui peuvent m’aider à me féminiser. Déjà, pour m’habiller en homme j’ai de très mauvais goûts, alors il me faut impérativement de l’aide.

Idem pour le maquillage. Je trouve donc le site de Jennifer et je décide de faire un essai. Mon objectif est alors de voir ce qu’il est possible de faire de mon apparence.

Si cela me plait, alors j’envisage d’aller plus loin. Sinon, je laisse tout tomber et je me serais contenté(e) de me coucher le soir, en nuisette que personne ne pourrait voir.

– As-tu des craintes vis-à-vis de la société, ta famille etc… des appréhensions, une gêne quelconque ?

Des craintes, des appréhensions, une gêne … oui, tout cela à la fois, mais différemment selon le milieu. Côté famille, je crois que je n’en parlerai jamais à mes parents et mes frères. Pour ce qui est de mes enfants et de mon ex-femme (nous sommes très proches, comme frère et sœur), il faudra que je leur dise un jour. Je suis quasiment certain(e) qu’ils comprendront. Mais c’est moi qui ne suis pas prêt(e). Quant à la société, je crois malheureusement qu’elle n’est pas encore prête à accepter les différences. Oui, j’ai peur du regard des autres, peur de tomber sur un groupe d’individus qui n’accepteront pas que je croise leur chemin.

Jacques peut sortir comme il a envie sans se poser la moindre question quant à son apparence, sans peur, sans crainte du regard d’autrui. Mais si Julie doit sortir, elle le fera dans des endroits où elle sera entourée de gens comme elle, différente de la soi-disant norme de notre société. Entourée de personnes auprès de qui elle se sentira en sécurité.

– Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation (s’il y en a à venir), ou des envies que tu n’as pas encore testées mais qui te plairaient ?

En premier: apprendre à me maquiller et m’habiller toute seule. Donc, Jennifer…. on va se revoir !

Ensuite, pouvoir ainsi me présenter dans un bar, un restaurant et passer une soirée agréable.

Enfin, tout faire pour diminuer, voire supprimer, toute cette pilosité qui me hante. Si je pouvais avoir une poitrine naturelle, je serais comblée ! Mais là, ne précipitons rien. Les étapes viendront en temps voulu.

– Pourquoi avoir fait appel à moi, et qu’est-ce que je t’ai apporté dans cette étape de ta vie, si je t’ai apporté quelque chose ?

Si tu m’as apporté quelque chose ? Oh que oui !

Même si j’ai du mal à trouver des mots assez forts pour traduire ce que je ressens. En tout cas tu m’as apporté, du bonheur ! ( j’en tremble encore ce soir alors que Julie a laissé sa place à Jacques )

Tu m’as montré ce qu’il est possible de faire de mon corps, de mon apparence. Tu m’as mise en confiance et je me suis sentie tellement à l’aise auprès de toi. Tout de suite, tu m’as écoutée et comprise.

Ce que j’ai trouvé de plus magnifique chez toi, c’est ton expression lorsque tu as trouvé la tenue qui me convenait le mieux. J’ai vu ton regard pétiller. Tu étais fière d’avoir trouvé ce qu’il fallait pour me faire sentir belle. Oui ! tu peux être fière. Tu as fait un travail exceptionnel, à mes yeux.

Certains diront que je ne suis pas objectif, mais peu importe, tu es allée au-delà de mes espérances et je t’en remercie. D’ailleurs, tout s’explique dans ma prochaine réponse.

– Qu’as-tu fait tout de suite après notre rencontre ?

Comme je l’ai expliqué, je suis venu par curiosité voir ce qu’il était possible de faire pour me féminiser. Le résultat obtenu a été si extraordinaire à mes yeux que je t’ai posé la question suivante :

« Penses-tu pouvoir m’habiller avec mes propres tenues pour que je puisse partir de chez toi en femme ? »

Là aussi, j’ai vu que je t’avais un peu surprise. Mais tu as relevé le défi !

C’est donc Jacques qui est entré chez toi, et Julie qui en est ressortie. J’étais à la fois fière, excitée et toutefois un peu inquiète. Je crois que c’est surtout moi qui me faisais des idées sur le regard des autres. Car personne ne m’a toisé, ne m’a regardé de travers (en tout cas je n’ai rien remarqué).

-… » j’ai appris et compris.. »

Tout au long de cette demi-journée, j’ai appris et compris qu’il ne faut pas se moucher, ou s’essuyer la bouche au restaurant, comme un homme au risque de perdre un peu de maquillage 😉. Ensuite j’ai compris qu’il ne fallait pas laisser son sac à main ouvert. Et enfin j’ai compris qu’il faut serrer ses genoux lorsqu’on est assise.

Mais j’ai aussi compris pourquoi il faut passer systématiquement aux toilettes (vérification de la tenue). Compris pourquoi c’est le souk dans un sac à main (à force de sortir, ranger, sortir, ranger ses affaires, on en vient à tout fourrer dedans et après… on cherche). Au final, je sais que j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour savoir me comporter comme vous mesdames.

Une dernière anecdote : au cours de cette journée, j’ai eu besoin d’acheter des barrettes à cheveux. J’ai été surprise mais très fière d’entendre la caissière me dire « Au revoir Madame, bonne journée ». Après une telle expérience, il est évident que je ne pourrai pas en rester là. Aujourd’hui a été ma première fois dans ma vie de femme. C’était une journée magnifique !

Le mot de la fin

par Jennifer

« Merci Julie ! » Une première féminisation est un peu une rencontre avec soi même, le moindre détail compte, le maquillage mais aussi la coiffure et la tenue, pour obtenir le meilleur de vous-même !

Mais surtout, quel bonheur lorsque je vous vois toute émue face au miroir.

Repartir de notre séance en femme, est une étape dans laquelle je vous accompagne également. Je sais que c’est un cap à franchir: montrer au monde, celle que vous êtes.

Surtout, et, plus que tout c’est une véritable libération !

  • avant après travesti Transbeauté
  • évolution coiffure femme avec perruque
  • femme sur tapis

Un avis ? Une réaction ? Laissez votre commentaire :

En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading