Le témoignage de la belle Morgane

Une très jolie rencontre avec Morgane, je vous laisse la découvrir …

Peux-tu te présenter ?

Bonjour à toutes et tous, je m’appelle Morgane, j’ai 39 ans, en couple avec une femme et je réside en Ile de France, plus précisément dans le département de l’Essonne.
Dans la vie, j’exerce deux travails, je suis employé de la grande distribution et je suis entrain de monter mon activité dans le domaine de l’esthétique automobile.

Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir femme ?

Ma passion pour le travestissement remonte il y a bien longtemps. J’étais en fin d’adolescence. Je me souviens du « déclic » comme si c’était hier : devant me rendre à Paris, j’attendais patiemment le train, quand soudain, une jeune femme en mini-jupe et collants noir brillants arriva sur le quai de la gare.
A cet instant, ce fut une révélation…Pourtant, ce n’était pas la première que je voyais une jeune femme ainsi vêtue ! Ma réaction fut soudaine et spontanée, je me suis dit : « Wouah c’est trop beau, j’ai trop envie d’essayer moi aussi une telle tenue »

Voilà comment tout a commencé 😊

Le fait de me travestir est une envie ponctuelle, je peux ne pas le faire pendant des mois. Je me sens très bien dans ma peau d’homme ! Mais c’est toujours un immense plaisir que de remettre ses affaires.

Après, et cela joue beaucoup dans la fréquence de transformation, je n’ai malheureusement pas assez le temps à y consacrer. Entre le travail, le sport, la vie quotidienne, il m’est difficile de trouver une journée complète afin d’avoir le temps de se préparer et de profiter au moins quelques heures d’affilées dans la journée.

Je me souviens du temps où je vivais encore chez mes parents où j’attendais avec impatience qu’ils partent en vacances afin de profiter un maximum de me transformer plusieurs jours de suite.
Il faut dire que je posais mes jours en congés en conséquence, c’était extraordinaire !!!

Pourquoi cette envie, qu’est-ce que cela te procure ?

Cette envie, autrement que chaque homme a un côté féminin plus ou moins présent, je pense qu’elle vient d’une espèce de forme de jalousie vis-à-vis de la gente féminine.
Elles ont « le droit à tout » concernant les choses jolies, douces et agréables que composent leur garde-robe.
Que ce soit pour le maquillage pour se mettre en beauté, les bijoux infiniment variés, les odeurs de parfums qui se diffusent laissant porter notre imagination… ou que ce soit pour les vêtements ! Que de choix de coupes, de matières, de couleurs, de formes et je ne parle même pas des chaussures!!

Le fait de me permettre l’accès à cet univers me procure un sentiment de joie et de plénitude intense.
La parfaite expression de la Liberté avec un L majuscule.
Je ressens aussi un profond sentiment de satisfaction personnelle quand la transformation est plutôt réussie.
J’en oublie tous les soucis de la vie et j’en profite à fond !!! C’est la plus belle échappatoire pour moi 😊

Quand as-tu décider de passer à l’acte ?

Suite à cette fameuse vue du quai de la gare, qui ne m’a pas quitté pendant plusieurs jours, je ne pensais qu’à essayer une tenue comme celle de cette jeune femme, du moins une paire de collant.

Après maintes hésitations, de peur que cela soit découvert, je suis allé fouiller secrètement le tiroir à collants de ma sœur qui a 6 ans de plus que moi.
A cet instant où j’ai enfilé la première paire, plutôt maladroitement (rires), sans les filer (ouf), cela a parfaitement confirmé mon sentiment du « c’est trop bien »

Puis, l’envie devenait de plus en plus grande de découvrir plus. Ce fut donc le tour des jupes, des tops puis de la lingerie. Que c’était excitant !!!
Malheureusement, il n’y avait pas perruque à la maison, et je chaussais déjà plusieurs tailles de plus que ma sœur ou ma mère. Il fallait donc faire sans chaussures ni perruque.

Mais, quelles sensations de liberté, de satisfaction et de beauté se dégageaient en moi. Il faut dire que mes critères n’étaient pas exigeants à l’époque mdr mais le reflet du miroir était mon meilleur ami quand il dévoilait mes longues jambes gainées. 

Le tout, s’accompagnant bien évidemment de la peur d’être surpris, découvert et se retrouver honteux aux pieds du mur par les membres de la famille.
Ce sentiment du risque et de la peur était moindre que mes envies de me sentir « bien ».  Et quand il y a des risques, chaque nom commun porte bien sa définition, tout s’est toujours bien passé jusqu’à la découverte …

Quand j’ai commencé à effectuer mes premiers achats, je m’étais fait une cachette dans ma chambre pour les stocker et heureusement, elle n’a jamais été trouvée, à ma connaissance du moins.
Cela est resté ainsi quelques années avant de quitter le domicile familial. Comme je l’ai évoqué précédemment, le moment des vacances de mes parents était le plus attendus de l’année. Seulement, ils partaient environ deux semaines par an, une au printemps et l’autre en automne.
C’est à ces moments où je pouvais m’adonner aux prémices du maquillage maladroit, à une perruque bon marché qui s’emmêlait au bout de cinq minutes et de la marche hasardeuse en talons.
Mais ce n’était pas l’essentiel, j’étais tout simplement heureuse, souriante, je vivais les meilleurs instants qu’il m’était donné à l’époque.
Je me souviens aussi de ces soirs où j’attendais que les voisins ferment leurs volets pour oser sortir dans la nuit faire le tour du quartier, c’était le bonheur total !

As-tu des craintes vis-à-vis de la société, de la famille ou une gêne quelconque ?

Je répondrais par l’affirmative à cette question, car l’esprit de la majorité des personnes est bien trop étroit et fermé. Surtout pour les anciennes générations dont mes parents font partis par exemple.
Je constate que cela est moins vrai pour les jeunes.

Lorsque mes agissements ont été découverts par ma mère, rentrée plus tôt du travail, j’étais totalement vêtue des affaires de ma sœur en débullant dans le salon. Ce fut un vrai scandale ! J’en ris maintenant, mais sur le coup, c’était beaucoup moins drôle.
S’en est suivi une longue discussion, moi dans tous mes états, vous imaginez bien, sur le fait que ce ne sont pas des agissements normaux pour un garçon… Avec toutes les choses qui en découlent sur le genre, l’orientation sexuelle, ce qui a été loupé dans l’éducation…
Avec le recul, je pense surtout que ma mère a été débordée et a réagis à chaud, tellement surprise d’avoir été confrontée à cette situation inattendue.
Mais elle a été sympa et n’en a pas parlé à mon père, d’ailleurs, je me demande bien comment il aurait réagi, lui qui a un caractère très calme et posé.
Cela s’est fini comme un exercice de curiosité d’essayage et nous n’en avons jamais reparlé.

J’avoue que ça m’a calmé pendant quelques temps !
Mais on connait toutes la musique, quand on a apprécié de se transformer, c’est encré en nous pour toujours.
C’est ainsi que j’ai commencé à acheter mes premières affaires, les prémices de ma future garde-robe.
A vélo, au début, quand je n’avais pas le permis, d’aller le mercredi après-midi ou le samedi dans les supermarchés. Je me souviens que j’étais très gêné de choisir des produits féminins et j’arrivais tout rouge à la caisse lol Je me justifiais à chaque fois en prétextant que ce n’était pas pour moi, mais il n’y a rien de pire pour se faire griller mdrr
Permis de voiture en poche, c’était beaucoup plus simple pour se déplacer et acheter des affaires dans des boutiques plus discrètes et spécialisées que les supermarchés (où la mamie qui fait aussi ses courses te regarde bizarrement à la caisse car tu es un jeune homme qui achète une paire de collants).
Donc, d’un point de vue de la société, du moins à l’époque, je trouvais que c’était assez difficile, d’autant plus que je manquais cruellement d’assurance quand j’effectuais mes premiers achats.

Plusieurs années plus tard, je suis parti m’installer chez une fille, et, curieusement, dès que j’avais une copine, je ne ressentais pas ou peu cette envie de me travestir.
Un beau jour, elle me dit : « j’aimerais bien m’amuser à te maquiller » vous imaginez bien mon état de désir à ce moment-là ! Il fallait tout de même que je me contienne pour ne rien dévoiler ou laisser toute forme de suspicion…
Le moment fut génial, et petit à petit s’est mis en place un jeu entre nous allant jusqu’à la transformation totale. Mais j’étais trop timide et peureux pour oser sortir en fille en sa compagnie. Je garde un excellent souvenir de cette période qui a duré six ans.

Par la suite, j’ai rencontré plusieurs filles avec lesquelles je sentais bien qu’il était hors de question d’aborder le sujet du travestissement et forcément, les relations n’ont pas excédé quelques semaines/mois.

J’ai continué à me travestir de temps en temps chez moi, seul, en expérimentant quelques sorties mais sans retrouver les plaisirs de mes débuts.

J’ai commencé à laisser le travestissement de coté, en  adoptant de temps en temps un look androgyne du style mini short/collants ou legging avec un t-shirt qui m’évitait les longues préparations.

Ce n’est que lorsque j’ai rencontré ma compagne actuelle que les envies sont revenues ! A sa rencontre, je lui ai dis très rapidement que j’aimais me travestir, pour mon plaisir personnel. En procédant de cette façon, tout le monde gagne du temps au cas où cela ne plait pas !
A ma grande surprise, elle a bien pris la chose et m’a dit que c’était bien de lui avoir dit et que tant que ce n’était pas tous les jours, cela ne lui posait pas de problème.
S’est passé quelques temps avant que l’on en reparle et que je lui montre les quelques tenues qu’il me restait. 

A ce moment, elle a eu une super idée, regarder ensemble l’émission de Tv de RuPaul : RuPaul’s Drag Race. Je ne connaissais pas ce show, mais elle si ! incroyable !! Nous avons enchainé les treize saisons presque d’un coup !
Elle me supporte complètement dans cette passion et je l’en remercie du fond du cœur, elle est extraordinaire. Depuis, nous faisons ensemble du shopping, elle m’achète des fringues, du maquillage et plein de petites choses sympas qui font les détails d’un look féminin complet ^^

Je suis conscient que j’ai une chance extraordinaire, et je pense que c’est le destin qui nous a fait nous rencontrer.

Pour mes amis, autres que mes amies travesties, peu sont au courant, et s’en foutent royalement, même s’ils trouvent ça un peu chelou lol
Pour les autres, s’ils venaient à connaître cette partie de ma personnalité, je reprends les termes que Dominique a utilisé dans sa belle présentation : « Si jour tu me dis que je ne suis plus ton ami, c’est ce que je ne l’ai jamais été » J’ai trouvé cette formule absolument parfaite, merci ! 😉

Mais ce n’est pas pour autant que je les reçois ou va chez eux en fille. Je me limite seulement aux soirées spéciales, comme des anniversaires à thèmes déguisés. De plus, vivant en appartement, l’idée de croiser un voisin en fille m’a toujours redouté de peur d’avoir une étiquette de « travelo » dans la résidence. Et puis, c’est plutôt gênant d’arriver chez un ami, et dire « je me change, j’en ai pour 2heures » 

Je ne me pensais pas capable d’affronter et d’assumer pour résumer.

Quelles sont les prochaines étapes de ta féminisation ?

Je ne pense pas qu’il y aura de grosses étapes dans ma féminisation.
Certainement une épilation régulière des sourcils en institut et peut-être  me faire percer les oreilles.

Autrement, je ferais une épilation du corps définitive au laser, aussi en institut car j’ai acheté un appareil à lumière pulsée mais je ne suis pas satisfait des résultats, malgré le respect à la lettre du mode d’emploi au bout de 6 mois d’utilisation.

Pourquoi avoir fait appel à Jennifer ? Que m’as-tu apporté ?

J’ai fait appel à Jennifer car depuis quelques temps, je regardais les prestations qu’elle propose via son site internet.
Il y a peu de maquilleuses professionnelles qui proposent leurs services aux transgenres et travesties. En plus, j’ai la chance de ne pas habiter loin. Le choix était donc évident !

C’est à la suite de regarder RuPaul avec ma compagne qui m’a motivé à renouer avec ma passion, mais en mieux ! J’ai acquis une certaine habilité à me maquiller avec le temps, mais hormis quelques tutos sur le web, j’ai appris devant mon miroir. Selon les personnes qui m’ont déjà vue, le résultat semblait correct, mais je souhaitais vraiment apprendre, avec une rencontre physique, en partant de la base.

J’avais tout de même le cœur serré à l’approche du rendez-vous mais Jennifer m’a chaleureusement accueillis et tout de suite mis à l’aise.
Jennifer est super sympa, agréable et rassurante. Elle sait trouver les mots justes et la sensation que j’ai eu était comme si je la connaissais depuis longtemps !
De plus, elle est très pédagogue et douce, elle explique tout parfaitement et même le pourquoi du comment si l’on a besoin de plus d’explications. Le top !

Ce cours fût une nouvelle révélation pour moi, je ne me suis jamais sentie aussi jolie !! A tel point, que j’ai osé repartir en fille de son atelier ! TROP BIEN !!! Il faut dire que Jennifer m’a bien motivé à le faire et elle a eu 1000% raison !!!
Le fait d’avoir un point de vue féminin, pro et sincère m’a gonflé à bloc d’assurance et de confiance en moi.
En sortant, j’ai croisé des personnes et des voitures, en pleine journée, comme si j’en avais l’habitude. Cette sensation était absolument extraordinaire, même si je me concentrais à rester le plus naturel possible. Pas si évident ! Je n’avais pas souris autant depuis un moment !

J’ai tellement adoré, que je me suis même autorisé une promenade dans un parc près de chez moi, constatant avec bonheur que les gens ne faisaient pas spécialement attention à moi. Je pensais qu’en étant en fille, j’avais obligatoirement un gyrophare sur la tête mdrr, mais non, c’est trop cool 😀

Maintenant, j’ai très envie de recommencer à sortir en fille, sans me cacher, simplement vivre et profiter à fond dès que j’aurais une journée à dispo.

Bien sûr, il me faudra intégrer et répéter les exercices de maquillage afin de trouver le niveau d’excellence que Jennifer a eu avec moi. Ensuite, je pourrais la revoir afin de perfectionner les techniques et m’initier aux maquillages spéciaux de fêtes, de soirées, …

Donc, MERCI Jennifer, tu es une fille en or, exceptionnelle. Je ne sais pas quoi dire d’autre pour te remercier tellement cette rencontre m’a ouvert les yeux (haha pour un cours de maquillage) et fait un bien fou !

Ecrire ce récit m’a fait très plaisir et je pense que j’en avait besoin de mettre en ligne ces moments de ma vie. J’ai envie de partager mon expérience avec ceux et celles que ça intéresseraient. Pourquoi pas même créer un compte Instagram pour partager mon évolution makeup et mes futures sorties !

Au plaisir,

Morgane. 
 

1 commentaire sur « Le témoignage de la belle Morgane »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *