Le témoignage d’Hélène en toute transparence.

Hélène est arrivée très souriante et m’a semblé confiante malgré ces mises en garde sur le fait qu’elle avit beaucoup d’appréhensions a venir se « mettre à nu » devant une inconnu… pourtant tout s’est très bien passé comme à chaque fois, vous verrez avec ses propres mots son expérience .

-Peux-tu te présenter ? âge, sexe, situation familiale, profession, ville.

Cinquante neuf ans depuis peu, homme, marié depuis vingt cinq ans et très amoureux de ma femme, je n’ai jamais eu d’enfant (heureusement elle avait une fille). Après avoir occupé plusieurs postes de responsable dans l’industrie je me suis reconverti comme plombier ce qui me donne l’impression de réellement faire quelque chose pour les gens, même si la plupart ne réalisent même pas que je suis honnête et consciencieux… J’ai ma propre entreprise parce que je ne supportais plus d’avoir un supérieur, quel qu’il soit et je suis en pleine campagne pour avoir la paix, je gère mon temps et donc mon profit comme je veux et je privilégie ma vie plutôt que l’argent… Je m’appelle Jean-François pour le monde entier et je suis Hélène par intermittence.

– Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

Je suis un homme relativement bien adapté à sa condition d’homme, mais j’ai toujours détesté le côté macho, viril, le mâle dominateur sur de lui. Sans être une fragile violette je suis quand même en décalage complet avec la plupart des « mecs » et je me suis toujours senti à part, ce côté doux, timide, rêveur, cette frustration d’être du côté des vêtements grossiers, des poils partout, cette envie de lingerie fine, d’attentions délicates. Donc en gros j’ai envie d’être femme depuis toujours.

– Est-ce une envie ponctuelle, permanente ? 

C’est une envie très ponctuelle mais qui est en permanence dans un coin de mes pensées. Parfois il se passe des mois sans rien et puis le désir de m’habiller en femme revient, parfois très puissant, ça a été le cas récemment et pour la première fois j’ai acheté des chaussures (taille 46!), je me suis fait épiler les jambes puis j’ai cherché comment me maquiller, me transcender, je voulais vraiment savoir si je pouvais ressembler à une femme.

 – Pourquoi cette envie, qu’est ce que cela te procure ?

Il y a une double facette : le côté « j’aurais tellement aimé être une femme délicate, soignée, gracieuse » et le côté « quand je me travestis je suis plus jeune, je suis une croqueuse d’homme, j’assume une féminité agressive, je mets de la lingerie hyper sexy, je me sens belle et désirable ». Curieusement dès que je mets quelques effets féminins je me sens immédiatement détendue, tranquille, plus heureuse. Depuis la rencontre avec Jennifer j’ai vu une femme dans le miroir, et cette femme me plaît terriblement.

Je ne vivrai jamais en femme à plein temps, mais j’aimerais passer plus de temps dans le corps et dans la tête d’Hélène. 

– Quand as-tu décidé de passer à l’acte, soit de te travestir pour la première fois ? Pour quelle occasion ?Qu’as-tu ressenti ?

Le première fois j’avais douze ans, j’ai enfilé une jupe en tweed de ma mère ainsi que ses bottes à talons en cuir fauve, j’ai réussi à faire quelques pas, me suis admiré dans un miroir avant de tout enlever. Plus tard j’ai essayé la lingerie d’une cousine (pas celle dont j’étais amoureux, une autre), la sensation était délicieuse ! Tout au long de ma vie et de mes diverses petites amies j’ai continué à essayer parfois leur lingerie, idem avec mon épouse et comme c’est moi qui lui achetais ses ensembles…

Parfois j’ai profité de ses absences pour me travestir pendant une journée entière mais sans accessoires, pas de perruque, chaussure, maquillage ce qui était quand même frustrant, là ça y est j’ai tout le nécessaire et honnêtement j’adore ! Ah oui les seins en silicone sont une pure merveille, les talons hauts sont hyper sexy, et les bas sur les jambes épilées…

– As-tu des craintes vis-à-vis de la société, ta famille etc… des appréhensions, une gêne quelconque ?

Bien sur que j’éprouve des craintes, un petit cousin par alliance a eu la malchance de se faire prendre en flagrant délit d’essayage de lingerie de sa femme et la réaction de l’ensemble de la famille a été unanime et violente, ils auraient mieux admis un adultère bien classique… Clairement mon envie doit rester secrète si je veux préserver mon couple. Quant au reste du monde, je suis plombier, ça colle mal avec le travesti…

– Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation (s’il y en a à venir), ou des envies que tu n’as pas encore testé mais qui te plairaient ?

Rien de particulier, je n’envisage pas de transformation radicale, je serai heureux si j’arrive à mettre à profit ce que j’ai appris en maquillage et si je peux me trouver quelques robes sympas, mais le show va probablement rester privé, pourtant j’adorerais et je redouterais en même temps que l’on me voit en femme, voir comment je suis perçue, mais un mètre quatre vingt sept plus des talons de dix centimètres, difficile de rester crédible et discret… Le test absolu ce serait de publier une photo sur Meetic… Je précise qu’il m’arrive souvent de porter des Dim up sous mon jean’s.

– Pourquoi avoir fait appel à moi, et qu’est-ce que je t’ai apporté dans cette étape de ta vie, si je t’ai apporté quelque chose ?

Ah le facteur Chance ! En tapant « cours de maquillage », « travesti » sur internet, je suis tombé sur « Jennifer Persévérante », et j’ai vu avant tout le regard et le sourire de Jennifer ! Avant même de lire les différents témoignages, c’est ce sourire qui m’a fait franchir le pas, c’est drôle non ? Cette impression que je pouvais avoir confiance, qu’elle ne me jugerait pas. Jennifer est la première personne à qui j’ai parlé de mon désir de féminisation et je vous garantis que je suis hyper, hyper timide et réservé ! La peur de ma vie je l’ai ressentie juste après avoir cliqué sur le bouton « envoyer » pour initier le contact, et tout s’est enchaîné très vite, rendez-vous dix jours après le contact, heureusement, je n’ai pas eu le temps de réfléchir, de changer d’avis.

Cinq minutes ! C’est à peu près le temps qui s’est passé entre mon arrivée et le moment où Jennifer m’a dit de m’habiller en femme, trente secondes de gêne ensuite et d’un coup je me suis sentie à l’aise, j’ai oublié toute appréhension et là des minutes qui resteront précieuses pendant le cours de maquillage , mais c’est compliqué d’être une femme sophistiquée, j’ai l’impression d’avoir de gros doigts gourds, il va falloir pratiquer sérieusement.

Essayage de la perruque, premier coup d’oeil dans le miroir et je me vois maquillée, préparée, le choc absolu ! Ce que j’aurais pu être si … J’ai les yeux qui s’embuent. 

Jennifer me laisse seule quelques minutes pendants lesquelles je m’admire, c’est une incroyable émotion, ces précieuses secondes me comblent ! Et ma première pensée cohérente est : pourquoi avoir attendu ? Et je n’ose pas sourire sinon je vais craquer.

A tous, à toutes qui hésitez, n’attendez pas, ne vieillissez pas sans savoir, laissez Jennifer révéler votre alter ego femme, c’est une expérience unique et merveilleuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *