Julia: l’annonce de sa transidentité dans son job

Julia feels free to be transgender
Julia lors de sa première venue en août 2020

Quel bonheur de vous rencontrer pour la première fois mais aussi quel bonheur de vous ..revoir ! .

Il y a celles qui décident de revivre leur féminisation le temps d’une sortie, d’une soirée, ou juste pour se faire plaisir, rien que pour elle.

Et puis il y a les filles qui décident d’explorer plus en profondeur leur féminité jusqu’à entamer un parcours de transition de genre.

Quel que soit votre attente, je suis à vos côtés. Je vous fais le make-up qui va bien, ont approfondi les techniques de maquillage, on fait un shooting photo ( un nouvel album photo ! ). On explore des styles différents, on sort toutes les 2 faire du shopping, au restaurant, au ciné.

Mais surtout, on échange, on partage, on rigole, on vit des moments d’émotions fortes, aussi..

En tout cas, à chaque fois, on passe un agréable moment !.

Julia est revenue me voir, 2 ans après sa première visite, et sa vie a bien évolué !

Julia en 2022

« sortir une journée en fille, de temps en temps », ça parait tellement peu et impossible aujourd’hui.

Bonjour tout le monde !

Après une TRES longue absence, voici un petit témoignage mis à jour 2 ans après ma première visite chez Jennifer.

Je ne sais pas trop par quel bout prendre les choses. On va donc reprendre la présentation à zéro et partir de là.

« -Peux-tu te présenter ? âge, genre, situation familiale, profession, ville. »

Hé bien de ce côté, cela a bien changé en 2 ans !. Je suis toujours dans la même entreprise mais la situation est totalement différente. Je me suis retrouvée à un poste beaucoup plus haut placé et bien mieux payé du jour au lendemain.

Pourquoi ? Comment ? … C’est une longue histoire et pourtant d’un autre côté, ça a quand même changé très rapidement.

Quand j’ai relu mon témoignage d’il y a 2 ans, je disais « sortir un jour en fille de temps en temps », ça parait tellement peu et impossible aujourd’hui.

Cette vie était intenable. Tout a explosé à l’été 2021 avec une dépression assez violente qui a fini par affecter ma vie professionnelle et m’empêcher complètement de travailler.

 » j’ai tout balancé à mon supérieur hiérarchique dans les moindres détails et très rapidement « 

Quand on arrive plus du tout à fournir de travail, cela commence à se voir rapidement et « foutu pour foutu » (c’est que je pensais à l’époque). J’ai tout balancé à mon supérieur hiérarchique dans les moindres détails. et très rapidement (les 2-3 jours suivants) à tout le reste de mon équipe de travail proche.

Les réactions ont été très positives. « c’est évident, j’aurais du le remarquer plus tôt » , ou bien « ah ouf, ce n’est pas si grave, je pensais que tu avais un cancer et que tu nous cachais ça depuis des mois ».

Sachant qu’à la fin de ce mois-ci, je devais renégocier mon contrat (transformer mon CDD en CDI après 3 ans), ça n’était pas vraiment la période idéale pour se mettre en arrêt maladie.

Heureusement pour moi, mes collègues ont été fantastiques. Mon chef d’équipe s’est arrangé pour me donner le moins de travail possible. Mes collègues avançaient pour moi le peu que j’avais à faire au final quelques heures de travail effectif dans la semaine ont suffi pour que je m’en sorte sans que cela soit trop visible, ce qui m’a évité de devoir poser un congé maladie.

« Une dizaine de jour plus tard, nous avions une réunion et j’ai décidé de ne pas enlever le vernis à ongle flashy que j’avais mis la veille ».

Les choses ont alors évolué très rapidement. En effet, quelques jours plus tard, j’ai eu mes fameux entretiens. J’y suis allée avec un top blanc simple, un blazer noir, un pantalon noir & des jolies baskets blanches. Un peu de perfecteur de teint et de mascara également.

Tout a changé ! J’ai non seulement eu le nouveau boulot mais j’ai également pu renégocier mon salaire.

Je n’avais JAMAIS réussi à renégocier mon salaire depuis mon embauche et il était l’un des plus bas de l’entreprise.

En même temps, c’est assez difficile de négocier quoi que ce soit de correct quand on a du mal à regarder les gens en face.

Mes collègues m’avaient coaché sur ce point et m’avaient dit de demander quasi le double de mon ancien salaire. Ça me paraissait totalement impossible mais j’ai tenté le coup, et c’est passé, ça a été accepté immédiatement.

Le pouvoir des vêtements ? Du maquillage ? De tout simplement se sentir bien ?

Mon image dans l’entreprise a totalement changé, et en bien. Fini l’image de « personne sans émotion ».

Apparemment, je suis devenue une des personnes les plus sociales du coin et j’ai des bonnes relations avec à peu près tout le monde.

Tout cela me fait repenser à une scène au travail il y a quelques mois où « Ludivine » (les noms ont été modifiés afin de garder l anonymat des collaborateurs) disait à Eloise qu’elle ne mettait jamais de maquillage, et Eloise a répondu qu’elle tenterait le lendemain.

Finalement, elle a juste tracé ses sourcils et Ludivine a sorti « pff, aucun effort, même moi, j’en met plus, enfin je ne gère pas aussi bien que Julia mais je fais quelque chose ».

J’ai réalisé ce jour-là qu’au fil de cette dernière année, j’ai apparemment obtenu une réputation de « SUPER DOUEE EN MAQUILLAGE » dans l’entreprise.

Encore une fois, cela montre le talent de Jennifer qui elle est « super méga ultra-douée » pour reprendre les mêmes termes .

« une autre étape importante a été franchise quelques mois plus tard »

Je voyage beaucoup en Europe avec mon nouveau poste. L’un de mes lieux principaux de travail est un entrepôt logistique aux Pays-Bas.

Seulement, il faut mettre une tenue spéciale pour accéder à l’entrepôt (veste voyante, chaussures de sécurité, …) et les vestiaires sont bien évidemment genrés.

Cette situation me stressait quand même un peu mais j’ai encore une fois eu beaucoup de chances car les filles de ma nouvelle équipe avaient déjà tout préparé et j’avais déjà un casier attitré et tout ce qu’il fallait.

L’entreprise a même fait trop bien les choses car ils ont changé le nom et le genre même sur les papiers légaux, ce qui a causé quelques soucis avec l’administration et la banque. Je n’ai encore fait aucun changement « officiel » de ce côté-là.

« Après avoir vu Jennifer deux ou trois fois, c’est devenu « logique »

Au début, je n’y croyais pas moi-même. Il faut dire que j’avais vu plusieurs personnes pour tenter d’apprendre le maquillage à Londres, Bruxelles et aux Pays Bas.

Cependant, même si je faisais des progrès, c’était toujours bien trop « technique » pour moi. Il fallait commencer par des choses simples.

Je me souviens notamment d’une personne sur Bruxelles qui m’a dit que « je n’y arriverai jamais » si je n’arrive pas à suivre et comprendre ce qu’elle tentait de m’expliquer.

C’est vraiment après avoir vu Jennifer deux ou trois fois que c’est devenu « logique ».

Il fallait tout simplement commencer par les bases. Ne pas viser trop haut dès le départ. C’est quelque chose qu’elle a très bien su faire, sans jamais me stresser. Je lui serai toujours reconnaissante pour cela.

… »j’évitais les miroirs et les photos et tout a changé ! »

Aujourd’hui, j’ai une vie, c’est encore un peu en construction et très désorganisé. (Jennifer a pu voir tout ça vu le temps que ça a pris pour que j’écrive ENFIN ce témoignage 😀 ) mais c’est un très bon début, surtout quand on compare avec là ou j’en étais il y a 2 ans.

Je disais la dernière fois que j’évitais les miroirs et les photos et tout a changé. De ce côté également, c’est même l’opposé, j’ai aujourd’hui un miroir dans CHAQUE pièce de mon appartement. Je prends beaucoup trop de selfies.

Au fil du temps, j’ai également totalement refait ma garde-robe. J’avais un peu de mal au début et je m’inspirais surtout de styles que je voyais on line et qui me plaisait. Mais avec le temps, il y a eu une sorte de déclic. En fait ça se passe comme le maquillage. J’arrive maintenant assez facilement à imaginer la pièce qu’il me manque pour faire une tenue complète avec ceci et cela.

On en revient finalement au début de l’histoire. Je suis revenue voir Jennifer cet été pour un nouveau problème. LES CHEVEUX.

Ca pousse, ça pousse. C’est joli puis ça commence à partir dans tous les sens. Ils ne veulent plus du tout coopérer.

Je voulais apprendre les bases de la coiffure. J’ai donc revu Jennifer pour ça. Cela m’a permis d’apprendre les gestes de bases et d’acheter ce dont j’avais le plus besoin.

De mon côté, ca n’est pas encore parfait mais je l’améliore chaque jour donc c’est l’essentiel.

« On en vient au dernier sujet: la société « 

C’est globalement très positif. J’ai l’impression que mes interactions avec la plupart des gens sont bien meilleures qu’avant. Cela se traduit par beaucoup plus de sourire, de soutient, d’aide, de paroles sympathiques, de compliments, …

Par contre, évidemment, il y a un côté négatif que personne ne peut nier. J’ai eu des mauvaises expériences. Quelques insultes ici et là et deux expériences un peu plus graves.

En revenant un soir vers ma voiture garée sur un parking souterrain. 3 hommes se sont mis à me suivre tout en faisant des commentaires sur moi et la robe que je portais. Je suis finalement allée dans un bar

attendre qu’ils s’en aillent. Je ne me voyais pas entrer dans le parking souterrain avec ces personnes qui me suivent.

Une autre fois, lors d’un déplacement professionnel au sud de Paris il y a quelques semaines. Je suis revenue à ma chambre d’hôtel (un B&B sans personnel, pas cher) après avoir quitté mes collègues vers 23h.

« Problème lié à la transidentité ou problème de femme ? »

Quelques hommes étaient en train de fumer devant la chambre d’à côté. Ils m’ont suivi jusqu’à ma porte en faisant des commentaires assez bizarres.

Plus tard dans la soirée, j’ai du aller chercher des affaires dans la voiture. Ils m’ont suivi sans rien dire jusque-là.

La peur m’a gagné et je me suis enfermée dans la voiture mais vu qu’ils ne partaient pas et restaient là à regarder bizarrement. J’ai quitté l’hôtel en voiture et rejoint une collègue qui restait dans un autre hôtel. Nous sommes revenues chercher mes affaires le lendemain matin et j’ai changé d’hôtel au « cas où » les jours suivants.

Après, est ce que ces problèmes sont vraiment dus à la transidentité ou simplement aux problèmes que rencontrent les femmes dans la société aujourd’hui. C’est assez difficile à dire.

Dans tous les cas, je ne reviendrai pas en arrière. J’ai d’ailleurs récemment acheté un maillot de bain qui me va assez bien même si je n’ai pas encore osé aller à la piscine.

La suite au prochain épisode, j’imagine

A bientôt et merci à tout le monde !

Le mot de la fin

par Jennifer

« Merci Julia ! » . Être à vos côtés dans votre parcours de transition de genre est quelque chose que je prends très aux sérieux. C’est pour cela que j’ai créé Transbeauté il y a quelques années, afin de vous aider.

Et aujourd’hui encore, plus que jamais, j’ai toujours un immense plaisir à accompagner toutes les filles que vous êtes !

L’album de Julia:

Un avis ? Une réaction ? Laissez votre commentaire :

En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading