Clémence : l’envie de se sentir femme

Aujourd’hui c’est Clémence qui m’a sollicité pour faire une séance de féminisation, avec un joli maquillage mais aussi avec la partie photographie.

J’insiste toujours sur l’importance de se faire photographier. Cette étape est primordiale à la prise de confiance en soi, on peut se regarder et commencer à esquisser qui l’on est vraiment. Je vous laisse découvrir l’expérience de Clémence chez Transbeauté.

– Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Clémence, enfin ça, c’est le prénom que je me donne depuis quelques années mais pour tout le monde je m’appelle X. J’ai 35 ans, je suis mariée à une femme, j’ai un enfant et j’habite en banlieue parisienne. Comme beaucoup, mon identité féminine est cachée, enfermée. Rien au quotidien ne peut laisser imaginer à mes proches, mes collègues ou mes amis que derrière le trentenaire moyen avec un job stable et une vie rangée se cache une personne dont la plus grande envie est de se sentir femme. 

– Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

C’est une envie que je ressens depuis l’adolescence et dont j’ai souvent essayé de trouver l’origine sans succès. Comme beaucoup, j’ai commencé par essayer les sous-vêtements de ma mère. J’ai progressivement rajouté des éléments jusqu’à m’acheter mes premiers vêtements il y a maintenant quelques années. J’ai toujours été fasciné par la féminité et par le fait d’essayer de ressentir ce qu’une femme peut ressentir.

– Est-ce une envie ponctuelle, permanente ?

C’est une envie avec laquelle je vis en permanence mais à laquelle je ne cède que rarement. Ma vie « officiel » ne me donne que peu d’occasion d’être seule chez moi. Néanmoins, même quand je ne suis pas Clémence, je ne peux pas m’empêcher de regarder les tenues des femmes qui m’entourent pour repérer ce que je pourrais m’acheter plus tard.

Même si je ne vis pas mes envies au grand jour, j’essaye de glisser quelques éléments féminins dans ma vie de tous les jours. Je porte parfois des sous-vêtements, parfois très sexy, sous mes vêtements. Je vais faire des courses de fringues et de lingerie pendant ma pause et je reviens au travail les bras chargés de paquets contenant mes cadeaux.

Néanmoins, ces phases d’euphorie cèdent parfois la place a des phases de rejet dans lesquels je regrette. J’ai alors honte de ce que je fais et alors je me débarrasse de mes affaires de femme. Je pense que je dois en être à la version 4 de ma garde robe…

– Pourquoi cette envie, qu’est ce que cela te procure ?

C’est difficile à expliquer mais je crois que ce que je préfère c’est me sentir belle, sexy et désirable en me regardant dans le miroir et, encore mieux, dans les yeux d’une autre personne.

Il y a sûrement aussi un peu d’excitation lié à l’interdit, la sensation de faire quelque chose de tabou. Et bien sur, comme je le disais un peu plus haut, le fait de me mettre, de me glisser dans la peau d’une femme et de ressentir ce qu’elle ressent, me motive vraiment.

– Quand as-tu décidé de passer à l’acte, comme de te travestir pour la première fois ? Pour quelle occasion ? Qu’as-tu ressenti ?

Je ne me souviens pas de la première fois ou je me suis travestie quand j’étais jeune. J’ai par contre un souvenir très fort de la première fois que je me suis montrée en femme devant quelqu’un. Je devais avoir une quinzaine d’année et je m’étais dévoilé par webcam. N’ayant que les vêtements de ma mère, le résultat ne devait pas être fameux ! En tout cas, la personne qui me regardait avait été très bienveillante et m’avait encouragé à continuer.

– As-tu des craintes vis-à-vis de la société, ta famille, des appréhensions, une gêne ?

Oui énormément. J’ai extrêmement peur des conséquences qu’une révélation aurait sur ma vie familiale et professionnelle. Seulement une de mes ex est au courant et je suis très content de pouvoir me confier à elle, même si, hélas, elle ne partage pas mon enthousiasme. Elle m’écoute sans me juger et c’est déjà très bien. Mon blocage est tel que quand j’ai suivi une thérapie il y a quelques temps suite à une dépression. J’ai parlé de problème très personnel avec ma thérapeute mais je n’ai pas évoqué cette facette de ma personnalité. Un de mes plus grand souhait serait de pouvoir en parler avec ma femme. Malheureusement, j’ai trop peur de sa réaction et de la perdre. Je ne pense pas que je pourrais en parler un jour à ma femme ou à mes proches. Le travestissement restera donc une part secrète de mon identité. 

– Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation (s’il y en a à venir), ou des envies que tu n’as pas encore testé mais qui te plairaient ?

J’aimerai améliorer ma technique de maquillage, étoffer un peu ma garde robe et également faire un petit régime pour faire disparaître ce ventre disgracieux et si masculin. Mon envie ultime serait de faire ma transition avec une éventuelle chirurgie. Hélas je pense que cela restera de l’ordre du fantasme. 

– Pourquoi avoir fait appel à moi, et qu’est-ce que je t’ai apporté dans cette étape de ta vie ?

J’avais fait des recherches pour trouver une prestation de relooking/maquillage il y a quelques années mais je n’avais pas trouvé chaussure à mon pied. L’envie m’était passée…. Puis, j’ai refais des recherches il y a quelques jours et je suis tombée sur le site de Jennifer .

Après seulement avoir lu quelques témoignages j’ai envoyé un SMS et attendu fébrilement la réponse. Le rendez-vous a été pris très rapidement et pendant ces quelques jours c’était la seule chose a laquelle je pouvais penser. Le jour J, j’étais extrêmement tendu en arrivant chez elle mais elle a su me mettre a l’aise. J’ai été ébloui par le maquillage qu’elle m’a proposé. Le résultat a dépassé de très loin ce que j’aurais pu imaginer. Quelle tristesse de devoir se démaquiller pour repartir.

Le mot de la fin par

Jennifer

Merci Clémence ! .

Comme Clémence beaucoup d’entre vous souffrent de devoir cacher ce trait de leur personnalité, qui prend petit à petit de plus en plus de place . C’est un soulagement d’avoir ne serait ce qu’une personne à qui en parler, sans être jugé, critiqué ou autre. Une écoute bienveillante avec en bonus les petits conseils qui pourraient tout changer, qui sait ?!

C’est à ce moment précis que j’interviens en maquillage et conseils beauté pour vous accompagner au mieux… et n’oubliez pas de réserver la séance photo !


En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

1 thought on “Clémence : l’envie de se sentir femme

  • Bonjour j’ai lu ton témoignage je me retrouve dans plusieurs événements moi j’ai fait le choix entre être heureuse ou continuer cette vie sans avenir positif à toi de voir se qui est le plus important en fonction de ce que tu ressent ,la vie est courte il faut profiter au maximum. Cordialement

Un avis ? Une réaction ? Laissez votre commentaire :

En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading