July, une féminisation assumée auprès de sa femme

C’est toujours pour moi incroyable de croiser des clientes comme July, qui arrive à assumer ce qu’ils/elles sont au quotidien et de voir que par amour, leur compagne accepte et soutienne ce choix. Un joli témoignage plein d’espoir.

July, peux-tu te présenter ?

July, nom féminin choisi un peu au hasard, mais au quotidien, je suis un homme de 36 ans, marié, père d’une magnifique petite fille. J’habite en banlieue d’une ville moyenne de province et je travaille dans une petite industrie familiale.

Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

Cela remonte loin, dans l’enfance vers 6/7 ans. Le plus lointain souvenir remonte à l’essayage, un peu par curiosité, d’une paire de collant de ma mère. Je garde la sensation de l’époque en tête. Mélange de sentiment agréable et de culpabilité en même temps. Un peu plus tard, vers l’âge de 8/9 ans, une amie de mes parents me gardait. Sa fille participait à un défilé carnaval dans le village, la maman m’a proposé de participer aussi. Mais elle n’avait que des déguisements pour petite fille. J’ai eu le droit à une tenue des milles et une nuit (adaptée pour petite fille) et à un maquillage. J’ai tout simplement adoré ! Après cette expérience, il y eu de longues années sans rien d’autre qu’une envie de recommencer.

Est-ce une envie ponctuelle, permanente ?

Pour ma part, cette envie est en arrière plan et de temps en temps, elle se transforme en besoin. Je ne souhaite pas vivre en femme, ou aller vers une transition. Mais j’aime le temps d’une soirée, d’une journée, j’aimerais éventuellement le temps d’un week-end ou quelques jours devenir une femme. Mais pas plus. Je me sens bien dans mon corps d’homme au quotidien même s’il y a toujours une touche de féminité sur moi.

Pourquoi cette envie ? Qu’est-ce que cela te procure ?

Je ne sais pas bien pourquoi cette envie. J’aime à penser qu’il s’agit d’une partie de ma personnalité tout simplement. Une part de féminité un peu plus présente que chez d’autres personnes. Quand je suis transformée, j’ai un sentiment de sérénité, je suis heureuse. J’ai l’impression d’être une autre personne, de m’évader, de relâcher la pression du quotidien, ça me fait du bien.

Quand as-tu décidé de te travestir pour la première fois ?

Mes premières expériences datent de l’adolescence. Sur le trajet du collège, je m’arrêtais dans un magasin de vêtements mixtes et j’allais essayer des vêtements féminins en cabine, vêtements cachés sous un jogging pris au rayon garçon. Je trouvais que ça m’allait mieux que mes vêtements de garçon. Plus tard, j’ai eu une amie qui m’a entièrement travesti pour s’amuser. Elle l’a fait pour rigoler, moi je voulais que se soit réussi.
Plus tard encore, je me suis retrouvé étudiant seul en appartement et pour la première fois, je me suis acheté des vêtements, du maquillage et une perruque pour me transformer entièrement. Au début, c’était pas bien joli, mais après quelques tentatives, j’ai fait quelques transformations dont j’étais fier. J’ai vécu un peu seul en début de carrière et là, tous les week-ends je passais au moins un journée en femme à la maison.

J’ai rencontré ma femme et nous nous sommes mis en ménage. Comme beaucoup de consœurs, j’ai fait ce qu’on appelle une « purge », de peur d’être découverte, j’ai jeté tout ce qui risquait d’être découvert. Incapable d’aborder cet aspect de ma personnalité avec ma petite amie. Je rachetais de temps en temps un ou 2 articles lorsque j’étais seule pour une journée et je lui piquais des accessoires et son maquillage. Notre relation a évolué et avant notre mariage je lui en ai parlé, je ne pouvais pas aller plus loin sans lui dévoiler l’entièreté de ma personnalité. D’abord étonnée, surprise, puis inquiète. Elle a tout de suite associé cela à une éventuelle homosexualité, j’ai pu la rassurer sur ce point. On s’est alors mis d’accord pour que je puisse de temps en temps laisser exprimer cette partie de moi.

As-tu des craintes vis-à-vis de la société ?

Oui, clairement ! C’est pour cela que je ne sors pas transformée, je reste cloîtrée à la maison. La peur d’être reconnue et provoquer par la suite des moqueries voire pire envers ma fille, ma femme ou ma famille. Peur de la réaction de ma fille si elle le découvrait…

Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation ?

J’aimerais pouvoir me transformer un peu plus souvent, actuellement c’est  2 à 3 fois par an. J’aimerais pouvoir faire des sorties en tant que femme, une visite touristique, un restau, du shopping…. J’adorerais pouvoir partager ça un peu plus avec ma femme. Pourquoi pas rencontrer d’autres personnes comme moi.

Pourquoi avoir fait appel à moi, Jennifer Persévérante ?

Il y a quelque années, j’ai fait un shooting photo totalement transformée pendant un voyage à l’étranger avec ma femme. C’était génial. J’ai adoré et je voulais refaire quelque chose de similaire. Je cherchais le même type d’expérience mais plus tourné sur le maquillage, avec quelqu’un de francophone, et pas trop loin de chez moi. Je suis tombé sur ton site en cherchant dans Google « cours maquillage travesti ». Après avoir trouvé une date et le budget, c’était parti. Très important, ce que j’ai ressenti en premier, c’est l’impression que la prestation était tout à fait normale à tes yeux. Je n’avais pas l’impression de faire quelque chose de « hors-norme », c’était naturel et très rassurant. En homme, je n’ai vraiment pas un physique qui semble se prêter à la transformation en femme, grand, assez carré des épaules. Mais avec tes conseils pour le maquillage, le choix et l’association des tenues , le résultat allait au delà de ce que j’imaginais. Je ne pensais pas pouvoir être aussi « crédible » en femme. Je crois que mon sourire parlait pour moi (puisque je suis plutôt taciturne). Je n’ai pas pu faire autrement que de repartir de chez toi transformée. Je n’ai pas eu beaucoup d’interaction avec le monde extérieur, mais j’ai vécu ma première après-midi et une soirée vraiment en femme. Je me suis arrêté 3 fois sur la route du retour pour croiser des personnes sur des aires autoroutes et aussi pour perdre un peu de temps et arriver de nuit chez moi pour limiter les risques d’être reconnu dans mon voisinage.
Je te remercie vraiment pour cette prestation que tu proposes. J’ai juste envie de revenir le plus vite possible, même si le quotidien d’une vie de famille bien remplie ne permet pas de dégager quand je veux du temps pour moi. Il faut planifier (Très) longtemps à l’avance, mais c’est certain, je reviendrai.

4 thoughts on “July, une féminisation assumée auprès de sa femme

  • coucou ma July chérie tu es magnifique une féminisation à en coupé le souffle ;et un maquillage au top ;j’ai lu ton parcourt pas évident comme beaucoup de consoeurs ;le mien est un peu comme le tien seulement je me suis jamais marié ni enfants ; si tu désires en parlée pour échangé sur ta féminisation c’est avec grand plaisir; tu peux me contactée sur mon mail (tendre@outlook.com) je suis petite travesti hormonée cheveux naturelle mignonne 1M54 53 KL sportive tu ne seras pas déçues de mon physique ;je souhaite faire connaissance avec des filles comme toi ;bisous à toutes celles qui me lisent bisous a toutes merci à transbeauté je vous souhaites à toutes bonne fetes de fin d »années . KISSSSSSSSSS LOVE

  • Merci July…ton témoignage ressemble tellement à ce que j’ai vécu. Tout du moins jusqu’à l’annonce à ta femme. Et moi, 39 ans, papa d’une petite fille, j’en suis là : j’écrivais à ma femme pour enfin lui dire et j’ai cherché quelques sites qui pouvaient lui montrer que je ne suis ni plus ni moins que moi. Tes paroles vont nous aider…

  • Bonjour July, tu es très jolie, c’est dommage que tu ne te féminise que 2 ou 3 fois l’an !!
    je me retrouve un peu dans ton propos dans le fait que cette envie de féminité soit ponctuelle et que tu ne souhaite pas te transformer complètement et de manière permanente.
    55 ans en couple et bi, je suis depuis mon enfance attiré par les tenues féminines et les talons, j’essayais régulièrement, en cachette, les jupes de mes soeurs et les chaussures.Depuis environ 20 ans, je porte au travail des boots ou bottes à talons et chez moi également mais avec des talons moins hauts. Ma femme n’apprécie pas trop mes goûts. Pendant longtemps( et en cachette) je ne me suis travesti que pour fréquenter des sex-shop ou autres lieus de rencontre .Depuis la crise sanitaire, je télétravail régulièrement et j’ai eu l’envie de retrouver ces sensations des collants et des jupes…du coup je me travesti à la maison 2 fois par semaine…que du bonheur…j’achète mes vêtements ou mes bottes sur le bon coin. Etant un peu exhibitionniste, je n’ai pu m’empêcher de sortir vider la poubelle ou chercher le courrier en femme…avec évidemment le coeur qui bat à 180…et bien sur je me suis faite voir…maintenant je suis grillé avec tout les voisins…mais je m’en fiche !!! Heureusement ma femme qui n’est pas très sociable leur dit à peine bonjour…Alors j’ai un peu l’impression de jouer avec le feu mais bon, je me dit que je ne fait rien de mal…et comme toi, je ne souhaite pas devenir femme en permanence…On devrait avoir le choix de ses tenues…maintenant au travail j’ose même le pantalon simili slim avec les bottes…Les femmes peuvent faire ce qu’elle veulent, je trouve que nous aussi on devrait pouvoir. c’est mon avis et quand je te vois je suis sure que beaucoup préfèrerai ta compagnie en belle femme plutôt qu’en homme. bizz. Yannick

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.