Portrait de Mathilde, qui vit sa féminité de manière cachée

Voici le témoignage de Mathilde qui m’a profondément émue… Une souffrance évidente qui j’espère s’adoucira au fil du temps. Voici son histoire.

Mathilde, peux-tu te présenter ?

Mon prénom de naissance est Bruno mais le prénom qui me caractérise le mieux est Mathilde car avec le temps, Mathilde prend le dessus sur Bruno… J’ai 54 ans, je suis mariée et j’ai 3 enfants. Je travaille dans le secteur agricole et j’habite Reims, la ville du champagne dans la Marne. Concernant ma féminité, comme beaucoup, je la vis cachée et dans le mensonge.

Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir femme ?

Quelque part, c’est une envie que j’ai en moi depuis toujours. J’ai eu un déclic lorsque j’ai porté mes premières tenues de femme alors que j’avais environ 12 ans. Avec l’une de mes cousines, nous nous amusions à nous habiller en mariée. C’était un simple jeu d’enfant à l’époque, mais tout cela était à la fois génial et perturbant pour moi. J’ai découvert le plaisir de sentir le nylon sur mes jambes, le frottement d’une jupe sur ma cuisse ou encore la texture du maquillage sur ma peau. Toutefois, cette excitation était contre balancée par un sentiment de honte. Je me demandais pourquoi me venaient ces envies de féminité, et pour être honnête, je crois que ce sentiment subsiste encore en moi… A cette période, parfois je me changeais seule chez moi pour enfiler des jupes, des robes, m’habiller en mariée ou simplement pour passer la nuit en nuisette. Tout cela m’attirait sans comprendre le pourquoi du comment mais je me sentais bien. Puis l’adolescence a pointé le bout de son nez et j’ai arrêté, n’assumant plus cette part de moi. C’est à 18 ans, à l’occasion d’un mardi gras organisé par le lycée que ma copine m’a proposé de me déguiser en femme pour la journée. Au début, j’ai refusé car ça me mettais mal à l’aise, mais 2 copains m’ont accompagné dans ce jeu, ce qui m’a fait changer d’avis. Ma copine nous a alors maquillé, j’ai porté un tailleur emprunté à ma mère. Cette journée a été une belle occasion de faire le pitre, de rire mais au fond de moi, j’ai compris qu’il y avait autre chose… Toutefois, il n’y avait pas internet en ce temps, c’était difficile de partager ce sentiment avec mon entourage.

Pourquoi cette envie, qu’est ce que cela te procure ?

Comment expliquer ce désir de féminité et toute cette énergie que m’apportaient ces tenues de femme…
J’ai gardé cela pour moi puis je me suis mariée pensant que ces pulsions s’arrêteraient. Ça a été le cas pendant 10 ans ! C’est après une dispute avec ma femme que j’ai recommencé à me féminiser. Internet m’a permis de trouver des témoignages de personnes qui vivaient avec ce même ressenti. Cette envie d’être femme est devenue de plus en plus importante et me trouble au quotidien. Mathilde se sent bien et heureuse alors que Bruno vit dans le secret et le mensonge. J’ai de plus en plus de mal à jouer ce rôle de mec. Quand je suis Mathilde, je me sens moi-même, je suis dans le vrai, mais ce qui est de plus en plus compliqué, c’est de trouver ma place… je ne me sens ni à ma place dans un groupe d’hommes, ni dans un groupe de femmes.

As-tu des craintes vis-à-vis de la société ?

Des craintes ? Oui je n’ai que cela et elles me pourrissent la vie… Je vis dans la peur d’être découverte, la peur de l’éventuelle réaction de ma famille, de mes enfants. Quelles seraient leurs têtes s’ils m’apercevaient en femme… J’ai peur de tout, cela me bloque et m’empêche d’avancer, ça me rend triste et malheureuse. Je me replie sur moi, je souris moins, c’est une souffrance de me cacher mais aussi de mentir. Je vis dans la crainte de sortir en femme de jour, d’être jugée, observée ou d’avoir l’air ridicule. La peur de ressembler à un homme déguisé. Tout cela entraîne un manque évident de confiance en moi. Ça nuit aussi bien à ma personnalité, qu’à ma vie de famille ou encore à mon boulot.

Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation ?

Ma féminisation est pour l’instant inexistante car je vis ma féminité à temps partiel et le plus souvent via internet hélas. Je me fais absorber par le travail ou peut être, est-ce un simple refuge pour oublier ma vraie nature… J’aimerais trouver des copines dans ma région afin de passer des journées habillée en femme et surtout sortir sans l’appréhension d’être jugée. J’aimerais qu’on me trouve jolie en femme, trouver mon style vestimentaire et c’est pour ça que j’ai fait appel à Jennifer, qui je pense fait des miracles. Je ne pense pas aller jusqu’à la transition car je ne veux pas faire souffrir ma famille et surtout par peur de tout perdre et de finir seule.

4 commentaires sur « Portrait de Mathilde, qui vit sa féminité de manière cachée »

  • Merci pour ton témoignage tellement touchant , je te souhaite de trouver ta place, d’être heureuse … toute personne mérite d’être heureuse épanouie et accepter telle qu’elle est vraiment .
    On devrait toutes lutter pour qui on est vraiment en s’affirmant, n’oublions pas que l’amour de nos proches peut et doit tout accepter. La peur est notre plus grand ennemi malheureusement.
    Je me souviens un jour avoir dit à Angelina qui avait peur d’annoncer la nouvelle à ses parents que finalement une âme reste identique l’enveloppe corporelle est-elle si importante pour nos proches ? On a eu une longue discussion qui l’a mené à avoué dans les 24heures qui ont suivis la nouvelle à ses proches , qui ont tous et toutes acceptés , c’est une belle histoire que je partage avec vous car parfois la peur nous ferme les portes du bonheur. Osez ! Vous serez surprises du résultat .

  • Il y a une certaine ressemblance sur ma personne pendant ma jeunesse . moi même ma vie d’adulte j’ai un peu ignorer mon coter féminin , mais depuis ma rupture les chose on changer seule ma nouvelle compagne s’en est aperçu, on ne vie pas ensemble
    donc ma féminisation est aussi a temps partiel
    vu le témoignage la seule chose que je lui souhaite c’est d’êtres heureuse et de ne pas avoir peur de la vie

  • Mathilde, merci pour ce témoignage. En parcourant le web à la recherche d’échanges d’expériences, je suis tombé sur ce blog et ses témoignages. 2 témoignages m’ont touchés et ont retenus mon attention, dont celui de Mathilde car je me retrouve complètement dans ses mots. En effet, je suis depuis toujours et jusqu’à ce jour dans la même situation qu’elle, avec le même parcours, avec les mêmes envies, les mêmes ressentiments, les mêmes besoins, les mêmes craintes, et toujours à la recherche d’un équilibre tout en restant cachée. J’aimerai déjà pouvoir échanger plus souvent et régulièrement avec des personnes comme moi, mais ce n’est pas toujours facile de trouver. Ce blog (et le site en général) est très intéressant. J’envisage de venir un jour prochain faire une séance chez Jennifer, malgré que cela soit loin de chez moi. A bientôt, bises. Claudia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *