Jeux vidéos et maquillage : le témoignage inédit de Yohan

La, vous vous dites, ça y est on a perdu notre Jennifer !

Oui, vous êtes bien sur le blog de Transbeauté. Jeux vidéos et maquillage, mais quel est le rapport ?

La lecture du témoignage, assez inédit, de Yohan vous apportera la réponse. Une réponse audacieuse, et surtout celle que l’on peut observer désormais parmi les plus jeunes générations de notre époque, bien en dehors des sentiers et clichés habituels.

Jeux vidéos, découverte de soi par le maquillage, vivre son meilleur moment de vie : c’est le récit de Yohan ! Celui d’un garçon qui va emprunter les vêtements et le maquillage aux femmes pour s’affirmer.

Let’s GO !

Un adolescent banal et « harcelable », qui veut porter des robes et du maquillage

Bonjour,

J’ai eu du mal à écrire mon témoignage. Au final, répondre à des questions à la suite me bloquait.

Donc j’ai écrit un texte, d’un coup. Ça répond un peu aux questions. Je ne sais pas si ça te convient.(…)

« Il y a surtout une chose que j’apprécie beaucoup : les jeux vidéo. »

Dans les années 2000, je suis un adolescent. Je n’aime pas pratiquer du sport, je n’aime pas la compétition, je n’aime pas parler de sexe. Je deviens donc inintéressant, voire potentiellement « harcelable » aux yeux des autres.

On pourrait croire que je ne m’intéresse pas aux filles pour remplir le bingo des clichés du geek, mais non. Je veux être comme elles. Porter des robes trop classe, du maquillage qui leur donne un look rebelle.

Elles s’approprient leur corps, alors que moi, je suis boutonneux (bientôt le bingo) et mon look c’est : cheveux de 3mm et t-shirt blanc + jean.

Bon de toute façon, je ne peux pas porter des habits « de fille », sinon c’est l’exclusion, le harcèlement. Déjà que je n’arrive même pas à être dans les standards « garçon » !

Donc je joue aux jeux vidéo, et je me dis que je suis bizarre parce que je n’avais jamais vu de représentation transgenre ou travesti. Enfin si, mais tourné en ridicule dans les films…

Coller au standard de la société

Un saut dans le temps : j’ai maintenant la vingtaine, un boulot, des amis sympas et… une dépression qui ne part pas.

Le « monde » me dit : achète un appartement pour le customiser comme tu veux ! La joie a duré 1 mois. Il me dit : Trouve une voiture qui te plaît ! Heureux pendant 2 jours. Trouve le job de tes rêves. 1 an. Trouve la personne de tes rêves ! Bon là, ça m’a saoulé avant de commencer.

Le constat, c’est que je n’arrive pas à apprécier ma vie.

Un autre saut en avant, on est en 2019.
J’écoute de plus en plus ce que la communauté LGBT, ce que les femmes ont à dire sur notre société. En plus, les personnes qui en parlent aiment aussi les jeux vidéo. Autant joindre l’utile à l’agréable.

Le personnage principal porte une jupe


J’écoute un épisode du podcast « Ludologies – Le design de jeux à impact social » (Par Studio Dilettante).
C’est une interview sur comment faire passer un message éducatif et de société avec un jeu.

Le jeu dont elles parlent c’est « A Normal Lost Phone »(développé par Accidental Queens).


Un jeu où l’on découvre un téléphone perdu et dont on farfouille dedans pour retrouver son propriétaire (ne faites pas ça dans le monde réel c’est de l’intrusion dans la vie privée).

Spoiler : La propriétaire est une jeune adolescente transgenre. (…)
Un passage dans le jeu retient mon attention.

Le personnage principal met une jupe car il n’y a pas de pantalon pour une représentation musicale.

C’est la première fois qu’elle en porte une, elle se trouve belle. La personne avec elle, lui fait remarquer que ça lui va bien.

Et moi, est-ce que le maquillage m’irait bien ?

Le jour même je m’achète des robes. Si je les porte que chez moi, y a aucun souci.

Début 2020, je regarde la vidéo Youtube « Qui sont les joueurs de jeu vidéo ? » (Par Sofia de Game Spectrum) sur la masculinité dans les jeux vidéo mais aussi dans l’industrie, dans la presse du jeu vidéo, et sur internet.

Le discours de la vidéo est très intéressant mais il y a un autre évènement.

Au début de la vidéo, elle est habillée en homme, comme dans ses anciennes vidéos que j’ai déjà vu.

Puis au milieu, il y a une transition. La transition dans le montage mais aussi la sienne.
Elle revient, elle est maquillée.

Elle annonce que ce que l’on voit c’est vraiment elle.
Je trouve que ça lui va bien.

Et moi, est-ce que ça m’irait bien ?
Peu de temps après j’achète du fond de teint. Si j’en mets que chez moi, y a aucun souci.

On arrive au 1er confinement.

Jupe, eyeliner, mascara : je pars chez des amis

On arrive au 1er confinement. Je passe mes journées en robe.

Je regarde des tutoriels de maquillage. J’écoute des témoignages de femmes transgenres. Je comprends que je ne ressens pas la même chose qu’elles.

Mais ce n’est pas grave, pour le moment, je pense être non-binaire et cela me convient.

Je veux porter des robes, des jupes, des talons hauts. Je veux mettre du maquillage, un peu, beaucoup, trop.

On est maintenant en 2021.

Je suis en jupe, avec un peu d’eyeliner et de mascara.
Je pars chez des amis, j’ai un peu peur.
J’arrive.

Le meilleur moment de sa vie

_ Salut… héhé alors heuu bin voilà… C’est ça la surprise.. héhé…
Leur réponse immédiate :
_ Hey ! Ça te va trop bien ! Mais tu as trop bien réussi ton eyeliner. Et ta jupe, tu l’as trouvé où ?

Bah désolé hein, mais c’est le meilleur moment de ma vie.

En fait, tout le monde a été compréhensif. Les amis, les amis de mes amis, la famille proche, et aussi un peu plus éloignée.

J’ai même trouvé la force de sortir dans la rue, faire les magasins en robe et maquillé.

Je détestais les photos, maintenant je me prends en selfie à chaque nouvelle tenue.

Une serveuse dans un bar m’a dit que j’avais de très beaux talons hauts. Personne auparavant ne m’avait fait de compliment sur une tenue.

Yohan veut un maquillage de ouf, de pro

Pour mon anniversaire cette année, je veux un maquillage. Mais un maquillage vraiment ouf. Quelque chose que je ne peux pas faire.

Je cherche sur internet. Je trouve Jennifer. Elle est maquilleuse, elle a déjà travaillée avec des clientes transgenres.

Les commentaires sont tous bons et rassurants. Elle est à 20 minutes de chez moi.
Bah let’s go !

Le maquillage était tellement beau que j’étais un peu triste de le retirer. J’avais envie de le montrer à tout le monde. J’étais sur un petit nuage.

Voilà, aujourd’hui avec ce témoignage j’espère que je peux rendre un peu de ce que l’on m’a donné.

Je me sens moi. Yohan, 31 ans, non-Binaire. Et il y a surtout des choses que j’apprécie.

Les jupes plissées, les corsets, les robes colorées, les talons de 10cm, le rouge à lèvres rouge vif… Et les jeux vidéo.

Merci à vous toutes.

« Le mot de la fin »

par Jennifer

Merci Yohan ! C’est incroyable comme le maquillage libère !

Je le constate à toutes les séances dés l’instant où vous vous « découvrez ».

Une sensation de bien être vous emplit quasi immédiatement, comme une révélation.

Chacune et chacun le vit à sa façon mais c’est toujours intense.

Que ce soit « pour voir comment ça fait », pour un anniversaire, pour vous affirmer, pour une idée de soirée déguisée, ou pour un maquillage cosplay, mes pinceaux ( magiques ??) révéleront votre part de féminin.

N’hésitez pas à me contacter, juste pour 1 séance, pour…voir.

Psst : laissez moi votre commentaire !


En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

1 thought on “Jeux vidéos et maquillage : le témoignage inédit de Yohan

  • Hyper femme, tres hyper belle de visage, ravissante, tres beaux yeux, belle bouche et un peu trop dessus des levres de mettre tres leger dessus mais tres glamour passion des baisers dessus tres craquante avec amour

Un avis ? Une réaction ? Laissez votre commentaire :

En savoir plus sur Transbeauté

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading