Julia: le maquillage et la transidentité

Julia en séance de maquillage

C’est un témoignage, une fois de plus, très fort que j’accueille sur le blog de Transbeauté. Le témoignage de Julia sur sa transidentité, les questions, les peurs mais aussi les bonheurs, et la force que cela lui procure.

Mon rôle: vous permettre de vous épanouir, d’être celle que vous souhaitez, grâce au maquillage. Pour bien commencer j’ai mes pinceaux ( magiques parait il !) et j’ai aussi mon appareil photo !

J’insiste, et je le répète ( sans arrêt) la séance photo est le moment incontournable de nos séances. Je le vois à chaque rendez-vous. Toutes celles qui hésitent ou pensent le contraire.. jusqu’à ce qu’elles le vivent et changent d’opinions.

Cette expérience est inoubliable.

Et puis, il y a celle, pour qui, écrire sur le blog par exemple, aide à faire le point. Justement, Julia… dis nous …

 » jeunes femmes trans qui aujourd’hui transitionnent avant 30 ans »

  • -Peux-tu te présenter ? Age, sexe, situation familiale, profession, ville.

Je m’appelle Julia, j’ai 58 ans, je vie dans le sud de la France, je suis mariée à une femme que j’aime. J’ai deux grandes filles indépendantes, je suis ingénieure avec un bon boulot, une vie d’« homme » bien établie donc…

Et pourtant, je suis, je crois être, je pense être une femme transgenre. Je suis en tout cas dans une phase de questionnement intense sur mon avenir et sur ce que j’ai envie de vivre dans les années à venir. Ce questionnement tardif (surtout par rapport à toutes ces jeunes femmes trans qui aujourd’hui transitionnent avant 30 ans et que j’envie) n’est pas nouveau mais des éléments récents dans ma vie l’ont fait intensément resurgir.

Cela fait plusieurs mois que j’ai partiellement commencé ma transition. J’avais déjà depuis longtemps des vêtements féminins que je portais, à l’occasion, dans l’intimité. La nouveauté est que je sors maintenant régulièrement en femme et que j’essaye partiellement d’avoir une vie de femme. Et pourtant, je n’ai encore pas fait mon coming-out et je ne suis pas, pour l’instant, sûre d’être capable de le faire.

« sortir en femme, gérer la dysphorie ensuite »

  • Depuis combien de temps as-tu envie de te sentir plus femme ?

Depuis le début de mon adolescence, je suis attirée par le côté féminin de la force. Je ne compte plus les périodes d’essayage de vêtements féminins, de lingeries, de maquillages piqués à ma mère puis à mes petites amies puis à ma femme avec des périodes d’euphories puis d’immense culpabilité.

Depuis plusieurs années, j’ai ma propre garde robe, androgyne mais 100% féminine. Je sors en femme après le boulot car j’ai la chance de travailler et d’habiter seule sur Paris en semaine. Je fais des séances de manucures (un véritable plaisir), j’achète des vêtement féminins, de la lingerie mais j’ai aussi une véritable dysphonie par rapport à mon visage, mes cheveux, mes poils et je ne passe malheureusement pas très bien. Cela ne m’empêche plus aujourd’hui de sortir en femme avec perruque et un peu de maquillage, dans l’anonymat de la grande ville (petite victoire, merci Paris).

« Simplement travesti ou envie d’être une femme »

  • Est-ce une envie ponctuelle, permanente ?

Par le passé, c’était des envies ponctuelles mais récurrentes avec des phases d’euphorie et de dégouts. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai mis mes affaires féminines à la poubelle avant de reconstituer ma garde robe quelques mois plus tard.

Aujourd’hui, c’est différent, plus constant et plus intense. Je pense à ça en permanence, c’est devenue une véritable obsession.

Pourtant je ne regrette pas ma vie d’homme et je pense que ça a été une belle vie. Je me demande parfois si je ne suis pas simplement travestie mais d’autres fois j’ai une immense envie d’être une femme.

« je n’imaginais pas aller au delà du travestissement ponctuel »

  • Pourquoi cette envie, qu’est ce que cela te procure ?

C’est la grande question. En tout cas ça me fait du bien et ça m’apporte du plaisir. Je pense que sous mes apparences d’homme, j’ai un côté féminin assez développé et parce qu’il est la majorité du temps caché, j’ai besoin de l’exprimer pleinement par moments. J’admire les femmes, leur beauté, leurs vêtements, leur façon plus raisonnée appréhender le monde. Quand je suis femme, je pense être une meilleure personne, plus souriante, plus empathique.

Au début, je me suis travestie pour plaire à ma mère. Ensuite j’ai continué par envie, parce que ça me plaisait et ça m’apportait du bien-être mais je n’imaginais pas aller au delà du travestissement ponctuel.

Depuis plusieurs années, c’est différent. Je développe ma garde robe féminine sans plus rien jeter, je suis folle de lingerie et dispose d’une belle collection. Plus récemment je suis devenue cliente de salons manucure/pédicure et je me suis mise au maquillage. J’ai acheté une perruque. Je sors en femme dans les rues de Paris. J’ai l’impression que les choses s’accélèrent. Les sensations que je ressens quand je suis femme sont intenses, incroyables. Je me sens sereine, reposée et j’ai l’impression que c’est juste, je crois que je suis heureuse c’est tout. J’ai envie d’être une femme comme les autres et je songe à des modifications plus permanentes. Être une femme jusqu’au bout des seins comme disait la chanson…

« ouvrir la boite de Pandore »

  • Quand as-tu décidé de passer à l’acte, soit de te travestir pour la première fois ? Pour quelle occasion ? Qu’as-tu ressenti ?

C’était au début de mon adolescence. Je ne sais pas si c’est lié et c’est peut-être un peu cliché mais ma mère souhaitait avoir une fille, alors que je suis son fils unique. Sans rien lui dire, je crois que j’ai voulu lui faire plaisir. J’ai essayé sa lingerie, ses vêtements, j’ai mis son vernis à ongle et j’ai eu beaucoup de plaisir à le faire et j’ai recommencé. J’avais ouvert la boite de Pandore…

« perdre en révélant ma transidentité »

  • As-tu des craintes vis-à-vis de la société, ta famille etc… des appréhensions, une gêne

Oui mes appréhensions sont immenses, énormes. Le regard des autres, ou plutôt la peur du regard des autres du fait de mon mauvais passing est un facteur d’angoisse.

Et pourtant, quand je suis femme, j’ai un fort sentiment de bien-être, d’euphorie, de justesse et dans ces moments-là je suis prête à aller plus loin mais très vite, je suis rattrapée par ma vie familiale et professionnelle que je ne suis pas sûre de vouloir mettre à risque. Comme je l’ai dit, j’aime ma femme et j’ai peur de la perdre en lui révélant ma transidentité. Je suis donc aujourd’hui à la recherche de support pour m’aider à passer cette phase et je compte consulter un.e psychologue pour faire le point et clarifier mes idées et mes envies.

Aller plus loin ? Épilation définitive ? Traitement hormonal ?

  • Quelles sont les prochaines étapes dans ta féminisation (s’il y en a à venir), ou des envies que tu n’as pas encore testé mais qui te plairaient ?

Je pense aujourd’hui à aller plus loin dans ma démarche pour vivre ma vie de femme. Que veut dire aller plus loin ? Traitement hormonale ? Pixilation définitive ?. Ne rien faire, juste essayer d’améliorer mon passing ? L’épilation définitive et un traitement hormonal de féminisation (la transformation de mon corps, une nouvelle puberté…) sont en tout cas des options auxquelles je songe. Mais il faudrait a minima que j’en parle avec ma femme et j’ai peur de sa réaction.

Le désir d’avoir des seins est très forts chez moi depuis plusieurs années car ils symbolisent la féminité, par ce qu’un sein est ce qu’il y a de plus beau sur terre. Pour l’instant, je viens de m’acheter de magnifiques prothèses mammaires Anita avec deux beaux soutien-gorges en dentelles : l’essayage, la bienveillance de la vendeuse, un grand moment de bonheur.

Être perçue comme une femme

En attendant, je suis bien seule dans ma féminité et j’ai envie de socialiser et de rencontrer d’autres femmes trans, de partager des moments de convivialité et de complicité avec des filles cis et trans, de sortir avec elles, aller au cinéma, faire du shopping. Je souhaiterais faire des séances d’épilation en institut et bien entendu continuer les leçons de maquillage. J’aimerai également travailler mon maintien, ma démarche, ma voix pour améliorer mon passing et être perçue comme une femme, sans être mégenrée. Je voudrais qu’on me donne systématiquement du Madame…

« Tu m’as ouvert les yeux et fait entrevoir mon potentiel de féminité »

  • Pourquoi avoir fait appel à moi, et qu’est-ce que je t’ai apporté dans cette étape de ta vie, si je t’ai apporté quelque chose ?

Pour améliorer mon passing, je cherchais des cours de maquillage. Il y a beaucoup de tutos sur internet mais voulais apprendre rapidement, sans faire trop d’erreur sur les tons, les teints et les couleurs. Je ne voulais pas faire « travelo ». Un cours avec une maquilleuse professionnelle me semblait bien adapté et en recherchant sur internet, je suis tombée sur le site de Transbeauté. J’ai été vraiment impressionnée par tous les témoignages positifs et ces belles photos de femmes qui m’ont faites penser, que finalement, c’était peut-être aussi possible pour moi, d’être une femme, crédible.

Tu m’as ouvert les yeux et fait entrevoir mon potentiel de féminité.

D’abord j’ai aimé le cours, tes conseils et je crois que je me suis bien débrouillée, sauf peut-être les yeux. C’est vraiment difficile de se maquiller les yeux. De nouvelles leçons seront surement nécessaires pour que je maîtrise cet aspect du maquillage.

La séance photo: « je me suis trouvée jolie, presque belle sur certaine photos « 

Ensuite la séance photo. Au début, je n’étais pas vraiment convaincue mais j’ai finalement adoré car tu as su me mettre en confiance.

C’est incroyable, car j’ai un très fort esprit critique et un haut niveau d’exigence, mais je me suis trouvée jolie, presque belle sur certaine photo. Femme mûre mais belle ? Surtout les photos avec la blouse bleue, le legging et le foulard. Je ne sais pas encore jusqu’où j’irai mais je vais finir par me convaincre qu’il y a du potentiel. J’ai l’impression d’avoir mis le doigt dans un engrenage et ça me plait. Quelle chance aussi ai-je de rencontrer des femmes extraordinaires, comme toi Jennifer, qui sont dans l’empathie et la bienveillance.

J’ai énormément apprécié nos échanges et tes conseils. Je suis seule dans ma féminité. J’ai peu l’occasion d’interagir avec d’autres femmes, mais à chaque fois c’est du bonheur.

« sur la bonne voie grâce à toi »

  • Quelles anecdotes peux-tu nous raconter suite à cette séance ? Comment te sentais tu après cette séance ? Qu’as tu fait tout de suite après notre rencontre ?

J’ai ressentie une grande euphorie et un grand bien être. J’étais très fière de l’avoir fait et j’ai aimé celle que j’ai vu.

Je suis rentrée sur Paris en train, habillée en femme et maquillée. J’ai remarqué beaucoup de regards de femmes mi amusées, mi étonnées. Je pense que la plupart n’était pas dupe. Mon passing reste à améliorer mais je crois être sur la bonne voie grâce à toi.

Ou bien, si je veux être plus positive, n’était-ce pas parce que les femmes regardent/observent les autres femmes ? Peu de regards d’hommes mais en fait je crois que craignant leurs regards, je ne les regardais pas.

Un nouveau rendez-vous maquillage/shopping

J’ai aussi pris beaucoup de photos de mon visage en gros plan et je me suis trouvée beaucoup moins jolie que pendant le shooting chez toi. Je ne voyais que ma barbe, surtout la moustache d’où malheureusement une forte dysphorie, un mal-être et un peu de tristesse.

Mais l’expérience reste plus que positive car j’ai l’impression d’avoir franchi une nouvelle étape dans mon parcours et grâce à toi Jennifer, je vais finir par me convaincre, qu’avec un peu (beaucoup?) de travail, je pourrais être une femme épanouie.

Un nouveau rendez-vous maquillage/shopping est d’ores et déjà prévu et j’ai hâte de fixer la date*.

Au plaisir donc de te revoir bientôt pour une séance shopping. J’ai bien l’intention de me trouver, avec ton aide, quelques ensembles beaucoup plus féminins pour un nouveau shooting de folie…

*NDLR: ce RDV a déjà eu lieu. Prochainement disponible sur le blog de Transbeauté

Le mot de la fin

par Jennifer

« Merci Julia ! » Nous retrouverons Julia. Elle partagera avec nous une expérience shopping sur l’achat de prothèse mammaire quand on est transgenre. Il y aura aussi d’autres photos, de notre deuxième rencontre. Vous constaterez les magnifiques progrès de Julia.

N’hésitez pas à poser vos questions, à l’encourager, je transmettrai à Julia.

  • Julianna en blouse bleue
  • Makeup chez Jennifer de Transbeauté
  • Julia devant un miroir de maquilleuse avec des ampoules
  • Julia en séance de maquillage
  • Femme transgenre avec col roulé

2 thoughts on “Julia: le maquillage et la transidentité

  • BRAVO JULIA !
    Je suis sûre que tu trouveras ta femme intérieure, celle qui se révèlera à toi et qui donnera du sens à ta féminité. Je serai très heureuse de bavarder avec toi si tu le souhaites. Amicalement. Barbara.

Laisser un commentaire